Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Ropoporose de plaisir

Ropoporose_2017_credit_Ben.Pi_4.jpgLe très jeune duo français Ropoporose pratique le rock en famille. Il viendra étrenner son deuxième album ce vendredi à Bruxelles.

L'histoire du rock a connu bien des fratries électriques, des Davies des Kinks aux Butler d'Arcade Fire, en passant par les Gibb (Bee Gees), les Wilson (Beach Boys), les Young (AC/DC), les Mothersbaugh (Devo), les Deal (Breeders), les Reid (Jesus and Mary Chain), les Asheton (Stooges) les Greenwood (Radiohead) ou encore les Gallagher (Oasis)… Plus difficile par contre de dénicher des groupes où s'allient un frère et une sœur, si ce n'est le duo folk formé par Angus & Julia Stone ou le K's Choice de Sarah et Geert Bettens. Il convient désormais d'y ajouter Ropoporose, tandem dont le jeune âge s'avère inversement proportionnel à leur talent.

S'il vivent à présent du côté de Tours, les deux frère et sœur ont grandi à Vendôme, commune de Blois en bord de Loir, sous l'égide d'une mère comptable et d'un père libraire. Mais non moins mélomanes. "Il n'y a donc pas de rapport direct avec la musique, entame Romain, mais il y avait des instruments à la maison car mon papa était un peu autodidacte à la guitare, au piano, à la batterie…" Ainsi, très jeunes, Romain adopte les baguettes et les fûts, tandis que Pauline s'attache vite aux touches noires et blanches. "Il y a toujours eu un rapport très cocon familial autour de notre projet. Et, encore aujourd'hui, nos parents ne sont jamais loin, que ce soit pour nous aider administrativement, ou pour nous emmener en concert à bord de la Corsa – puisque nous n'avions pas de permis – et se refaire un trajet dans la foulée pour aller chercher la batterie… Ils nous ont toujours soutenus, ont toujours été fiers de ça."

Aujourd'hui, Pauline a 19 ans, s'épanouit au chant, à la guitare, au clavier et aux percussions. Romain, l'aîné, a 24 ans, se charge des chœurs, gratte sa guitare et s'assied derrière la batterie. En 2012, les deux décident d'unir leurs forces musicales dans un projet commun baptisé Ropoporose, contraction de leurs surnoms respectifs – Ro et Popo – prolongé de rose. "On s'est décidé lorsqu'on a commencé à écouter les mêmes choses, mais on tâtait déjà des notes depuis un peu plus longtemps chacun de notre côté. Moi, de manière empirique en jouant dans différents petits groupes. Pauline, a contrario, de manière plus académique." L'intéressée complète : "Je faisais du piano classique au Conservatoire..."

Le groupe est né sous l'impulsion du festival Les Rockomotives, qui se tient à Vendôme, et où d'ailleurs à chaque édition une flopée d'artistes belges sont présents. Pauline et Romain y assistaient depuis des années. Richard Gauvin, programmateur de l'événement, a aperçu le duo sur une scène de fortune, leur musique lui a tapé dans l'oreille, et il a décidé de les ajouter à son affiche dès l'été. "A la base, nous avions comme ambition de faire des sonneries de téléphone uniquement… Mais on a relevé ce défi. C'est ainsi que c'est parti…" L'expérience est probante et Ropoporose se fait doucement une réputation. Romain et Pauline aiment les pédales loop et l'indie-rock d'Oncle Sam, s'abreuvent d'un spectre que l'on pourrait situer entre Joy Division, Sonic Youth et Blonde Redhead. Un rock à la fois aérien et rythmé, mélodique et déstructuré.

Ropoporose_2017_credit_Suzon-Ben_2.jpgMalgré les chamailleries – très rares ici – qui sont parfois légion entre frère et sœur, le courant artistique passe plus que facilement entre Romain et Pauline. "Les choses vont vite, on a des espèces de fulgurances de compréhension, un truc un peu mystique." De nos investigations, il apparaît d'après l'aîné que sa sœurette est autoritaire, et d'après la cadette que son frangin est un peu dragueur et pas mal fêtard. Autre chose ? "Romain est très professionnel, voir perfectionniste, ce qui peut être à la fois un défaut et une qualité" ajoute-t-elle. "Et Pauline pas assez pro, conclut-il, pour bien compléter le tableau".

Début 2015 sort le disque "Elephant Love", magnifique premier jet cousu d'un rock électrique et empreint d'une jolie tristesse quasiment hypnotique. Assez rapidement, le duo publie l'EP "Birdbus", plus pop et estival, à l'image du single du même nom. Enfin, Ropoporose nous gratifiait d'un second album, "Kernel, Foreign Moons", sorti mi-février dernier et réalisé à sa demande par Thomas Poli, guitariste de Dominique A et de Laetitia Sheriff entre autres… Alliance qui mit au jour une plaque plus sophistiquée, plus revancharde aussi, traversées de riffs tendus, de galops effrénés et de mélodies tournoyantes. Un vertige délectable, à découvrir sur scène ce vendredi soir à l'Atelier 210 etterbeekois, dans le cadre de la soirée du très recommandable label français Yotanka.

Nicolas Capart

> 1CD "Kernel, Foreign Moons" (Yotanka/piaS). En concert le 7 avril à l'Atelier 210 (Bruxelles).

Lien permanent Catégories : Agenda, International, Interviews, Sorties - Albums, Videos 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.