Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

The Jesus and Mary Chain, pour le meilleur, pas pour le pire

The_Jesus_And_Mary_Chain_-_Damage_And_Joy.jpg“Damage and Joy” annonce le retour studio du groupe écossais formé en 1984.

Dix-neuf ans ! Dix-neuf ans après leur dernière galette, “Munki”, et une séparation qui intervint lors de la tournée qui s’ensuivit en 1999, les frères écossais Reid, piliers du groupe The Jesus and Mary Chain, reformés en 2007, sortent enfin un nouvel album, “Damage and Joy”. A l’écoute des treize morceaux qui le composent, on pourrait avancer que le temps n’a aucune prise sur leur musique. Leur nouvel opus se situe en effet dans la continuité d’une œuvre entamée par Jim (au chant) et William (à la guitare) au mitan des années 80 avec “Psychocandy” (voir ci-contre) et forte de sept albums. “Damage and Joy” se rapproche davantage de leur 2e album, “Darklands”, où le groupe arrondissait les angles, privilégiant l’aspect mélodique et spleenesque de leur style. Voire de leur 5e, l’acoustique “Stoned and Dethroned”. Dans l’intervalle, ils auront signé “Automatic” et, surtout, “Honey’s Dead”, histoire de prouver qu’ils pouvaient encore faire mal aux oreilles.

 

Ténébreuses guitares

“La seule idée que nous avions était d’essayer de faire un disque de Jesus and Mary Chain à la Jesus and Mary Chain”, a déclaré Jim Reid au journal français “Libération” (28/3/2017). Pari réussi. On y retrouve les incontournables guitares ténébreuses, le chant traînant de Jim Reid, des chœurs primesautiers, aussi. Des voix féminines, également. Sont ainsi conviées Bernadette Denning, la petite amie de William, Isobel Campbell (Mark Lanegan) ainsi que la sulfureuse Sky Ferreira. On retrouve bien, ici et là, l’un ou l’autre mur de guitares, mais tout en finesse, ce qui est quelque peu paradoxal.

Nombreux sont les artistes qui se sont inspirés de The Jesus and Mary Chain de la même façon que les frères Reid avaient, en leur temps, digéré diverses influences. On avait toutes les raisons de craindre cette 7e plaque. Les esprits chagrins considéreront que la nouvelle génération s’en sort mieux qu’eux. Que ce soit The Kills ou Brian Jonestown Massacre, mais aussi, pour les plus jeunes, les Crocodiles (Californie) ou Howler (Minnesota). Il n’empêche, ce “Damage and Joy” a le parfum irrésistible d’une madeleine de Proust… Au printemps 2017, les frères affichent 56 ans pour Jim et 59 pour William. Comme le bon vin, leur tempérament s’est sans doute bonifié avec l’âge. Et, en concert, ils devront aussi composer avec les normes des décibels…

(M.-A.G.)

> 1CD/LP/K7 (Artificial Plastic Records/Warner). En concert à Bruxelles (AB) le 18 avril. Infos : www.abconcert.be.

Lien permanent Catégories : Concerts, Culture, Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel