Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Sampha, The Voice

sampha-performs-no-one-knows-me-like-the-piano-live-on-the-tonight-show.pngDébut février, atterrissait dans les bacs à disques et le creux de nos oreilles impatientes le premier véritable LP du sieur Sampha Sisay. "Process" le magnifique, un album que nous attendions de longue date, alléchés par les deux EPs solo déjà publiés ("Sundanza" en 2010 et "Dual" en 2013) et les nombreuses collaborations de prestige cosignées par l'artiste britannique. Dimanche soir, ce dernier foulait les planches de l'AB.

Sampha a aujourd'hui vingt-huit ans, mais la musique est dans ses gênes depuis un moment. Né petit dernier d'une fratrie de cinq et de parents originaires de Sierra Leone, il grandit du côté de Morden, quartier du sud de Londres, entre une maman serveuse dans une cantine scolaire et un papa employé d’une compagnie de pierres précieuses. Si ce dernier décède quand Sampha a neuf ans, il aura néanmoins la bonne idée de racheter un vieux piano Challen à ses voisins pour son fils cadet quelques années auparavant. Ainsi qu'une vieille chaîne hi-fi, sur laquelle il n'aura de cesse de faire tourner les plaques favorites de son paternel, Salif Keita en tête.

Assez instinctivement, Sampha va apprivoiser les touches noires et blanches alors qu'il n'a que trois ans. Par la suite, bien sûr, il précisera son jeu en suivant des leçons mais la chose coule déjà dans ses doigts. Dix ans plus tard, l'adolescent commence à tâter de la production, fabrique des beats qu'il rêve de voir chevauchés par ses rappeurs préférés. Les années passent et le jeune homme devient auteur-compositeur, parfois interprète, mais surtout producteur, activité qui le passionne plus que les autres. Mais, en 2011, son pote Aaron Jerome alias SBTRKT va révéler sa voix exceptionnelle à la face du monde.

Sur scène et sur disque, le duo fonctionne bien. Sampha y chatouille les claviers, participe à la production et chante planqué derrière un étrange masque. Une voix à faire tomber les anges du ciel, légèrement voilée et à peine enraillée. Une voix qui berce et caresse, dans laquelle on rêve de s'emmitoufler. Cette fois, la mèche est éventée et bien des pointures séduites vont vouloir s'adjoindre les services du chanteur anglais surdoué. Dans la foulée de deux EPs solo discrets, Sampha promènera son timbre singulier sur des morceaux de Drake ("Too Much", "The Motion"), Kanye West ("Saint Pablo"), Solange ("Don't Touch My Hair"), Frank Ocean ("Alabama") ou encore Beyoncé ("Mine").

Il était donc grand temps pour lui de transformer l'essai avec un LP. Le déclic s’opérera aux lendemains du décès de sa mère, terrassée par un cancer à la seconde reprise. Une disparition qui lui fera saisir la plume pour écrire et composer ce qui deviendra "Process", entamé à l'abri du foyer familial et finalisé à l'Ocean Sound Recordings, un studio situé à Giske, une île du nord-ouest norvégien. Un disque catharsis que son auteur décrit comme la mémoire de ses émotions.

Dix pistes où le temps se suspend indifféremment mais dont certaines perles ont l'éclat plus brillant : l'entrée en matière "Plastic 100°C" et son kora en apesanteur, le galopant single "Blood on Me", ce "Timmy's Prayer" épidermique et désespéré, la déclaration d'amour qu'est "(No One Knows Me) Like the Piano", ou encore "Reverse Faults" au fil duquel on sent les envies de rappeur du chanteur, autant de moments forts de la prestation de Sampha ce dimanche à l'AB.

Mais un concert dont nous attendions peut-être trop. Bien sûr, il y eut plus d'une belle parenthèse, mais point vraiment de show. Les trois musiciens chargés d'assister Sampha – certes sympathiques mais timides, manchots ou simplement discrets – n'ont jamais vraiment assuré, peinant à faire décoller des instrumentaux qui jamais ne furent à la hauteur de la voix du héros. A ce prix-là, il aurait mieux valu ne pas les inviter et convier Sampha pour une prestation seul au piano. Privilège qui risque de se rare, car ce poisson-là va devenir très gros.

Nicolas Capart

Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel