Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Nuits Botanique, avec ou sans Cirque

58c275fccd70a15c9a0d5cee.jpgLe 11 mai prochain s'ouvrira le cru 2017 des Nuits, qui investiront comme à leur habitude les trois salles qu'abritent les serres mais aussi le Jardin et le Cirque Royal non loin. C'est cependant sans doute la dernière fois que les nocturnes musicales du Centre culturel francophone de la capitale s'offriront pour écrin le velours rouge du Cirque, objet depuis des mois d'une bataille juridique qui oppose le Botanique à la Ville de Bruxelles et bras de fer que cette dernière semble gagner (crédits : Alexis Haulot).

Pour rappel, après rupture de la convention qui permettait au Bota d'exploiter le Cirque Royal comme salle complémentaire, c'est la candidature de Brussels Expo qui a été retenue. Une décision qui provoqua bien des grincements de dents et qui fait d'ailleurs toujours l'objet de tractations avec le cabinet de la Ministre Alda Greoli. Jeudi, à la conférence de presse des Nuits, et par la voix d'Annie Valentini, l'équipe du Botanique a rappelé son indignation face à "une décision absurde, injustifiée, aveugle" et "l'exercice d'un pouvoir abusif et arbitraire", guidés par "une pulsion de domination du secteur du divertissement". Ambiance. Date butoir : le 30 juin.

Avant d'entamer le menu musical du festival, place à quelques statistiques, c'est l'occasion... En 2016, malgré une année plus que chahutée par l'actualité que l'on sait, 93 500 spectateurs ont remué du bassin devant les 264 concerts déroulés par le Botanique. Parmi les groupes et artistes ayant foulé ses planches, 38% étaient belges. Les Nuits 2016 avaient, elles, accueilli 35500 mélomanes, un bilan qui dépassait à l'époque les espoirs des organisateurs. Enfin, l'édition qui s'annonce comptera 56 soirées de notes où l'on croisera une cinquantaine de formations du cru.

Projets «Very Unique»

C'est ainsi qu'ils les ont baptisés désormais. Chaque année, outre la venue de quelques grands noms ou grosses cylindrées, les Nuits sont l'occasion de quelques créations. Celle de Bachar Mar-Khalifé d'abord, qui rendra hommage au chanteur nubien Hamza El Din, en revisitant son album "The Water Wheel" le 13 mai. Le chanteur franco-libanais avait déjà épaté l'édition dernière. "On n'a reçu qu'une seule plainte, nous confie le programmateur des lieux Paul-Henri Wauters. Quelqu'un qui nous disait que c'était scandaleux de payer... aussi peu pour un tel concert. Alors nous avons un peu augmenté."

La création plus cinématographique de Tindersticks – "Minute Bodies" – et de son leader Stuart Staples, habitués du Botanique où ils se sont produits près d'une quinzaine de fois, le 14 mai. Celle de LA Jérôme, le même soir, jadis aux côtés de Marc Moulin mais désormais auteure d'un album en solo, qui se verra ici réarrangé par Jean-Paul Dessy et augmenté de quelques titres écrits à l'époque avec Marc Moulin.

Passé récemment au Musée, Clément Nourry reviendra également étrenner une version orchestrée de son projet "Under the Reefs", accompagné pour l'occasion par Monolithe Noir, le 16 mai. Deux jours plus tard, le régional de l'étape Marc Pinilla et la joyeuse bande Suarez habilleront de cordes les rengaines de leur nouveau disque "Ni Rancoeur, Ni Colère", aux bons soins du quatuor Stevens, que l'on a pu entre autres apercevoir dans l'ombre de William Sheller. Des cordes aussi pour le duo électro-pop Hydrogen Sea, dans le Grand Salon le 19 mai. Après l'église des Dominicains, An Pierlé s'offrira cette fois l'Eglise Notre-Dame de Laeken le 23 mai, le temps d'une prestation qui s'annonce encore mémorable.

Enfin, reste une ultime création, réalisée avec l'Ensemble Musiques Nouvelles qui s'allie au Bota pour convier les pères et fils Terry et Gyan Riley le 24 mai. Une légende de la musique minimale d'Outre-Atlantique qui réinterprétera avec Jean-Paul Dessy l'?uvre "Tread on Trail", initialement écrite en 1965 pour des musiciens de jazz. Dans le reste de la progra, le spectateur aura l'embarras du choix. On ne saurait que l'enjoindre à aller applaudir le génial Albin de la Simone et son récent et magistral "L'un de Nous", le 11 mai dans l'ambiance feutre du Musée. Mais l'on pourrait aussi pointer la Française Fishbach et les Belges Wuman à l'Orangerie le 14, la soirée très belge du lendemain avec Témé Tan – très en jambes sur scène lors de la conférence de ce jeudi – , Noa Moon, Pale Grey, Le Motel ou encore Fùgù Mango, les séduisants Français Agar Agar le même soir, Shannon Wright (16), Angel Olsen et Tim Darcy (17), BRNS, Robbing Millions et Jacques au Cirque (17), l'explosif duo rap Caballero&JeanJass (19), le dandy (d)étonnant Alex Cameron (19), la pop-soleil de Papooz et Bagarre (20), celle de Frànçois & the Atlas Mountains (20), le grand Chassol (21) ou la soirée rock Thee Oh Sees/La Jungle/The Glücks (21). La liste n'est pas exhaustive.

Nicolas Capart

> Infos/tickets : www.botanique.be

Lien permanent Catégories : Agenda, Belgique, Culture, Festivals 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel