Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Molly Burch - "Please Be Mine" ****

08b0ce_dc659d78587345e5b7ea3d61812b1a3a-mv2_d_1400_1400_s_2.jpgDès les premiers éclats de voix de ce "Downhearted" à faire fondre la banquise, c'est un peu comme si l'on retrouvait Elvis enfermé dans le corps d'une petite brunette de cinquante kilos. Une sensation qui ne persistera cependant pas tout au long des dix plages de cet enivrant "Please Be Mine", auquel nul auditeur ne pourrait décemment répondre par la négative. Mais qui se rappellera à nous plus d'une fois, au détour d'un couplet ou l'autre légèrement crooné.

Molly Burch a aujourd'hui un peu plus d'un quart de siècle. Elle a grandi du côté de Los Angeles, entre un père auteur/producteur et une mère directrice de casting, les oreilles baignées de comédies musicales et traversées à l'envi des voix de Patsy Cline, Billie Holiday ou Nina Simone. Puis elle a étudié le jazz en Caroline du Nord avant de bifurquer vers Austin – où elle vit désormais – et de façonner cet album avec son complice guitariste Dailey Toliver (et plus tard le batteur Ignacio Guerrero, la bassiste Caity Shaffer et le pianiste Paul Mitchell).

Un disque qui parle d'amour, de réciprocité, de ruptures et d'après, mais s'affranchit de toute tristesse sur des mélodies simples, entêtantes et légères comme un début de printemps. En dix tours de pistes, Molly nous compte fleurette et amourettes de sa voix tantôt grave ou plutôt mutine, sur un tapis de guitare folk ou de sonorités rétro plus country. Si le je(u) est au féminin, on croise néanmoins les songes des Everly Brothers, de Sam Cooke ou du King précité dès la plage d'entrée. Mais on goûte aussi par endroits quelques accents braisés à la Shivaree ou une candeur un rien théâtrale façon Hope Sandoval.

De toutes ces missives discrètement enflammées, nous sortirons peut-être du lot "Wrong for you" et "Try", qui semblent comme se répondre dans la caboche de cette émouvante conteuse. En argot américain, Molly est le petit nom des drogues synthétiques ou de l'ectasy. Pas grand-chose à voir avec elle certes, si ce n'est qu'on est déjà accroc.

N.Cap

> 1CD (Captured Tracks/PiaS).

Lien permanent Catégories : International, Sorties - Albums, Videos 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.