Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/10/2013

Ne dites plus Rokia mais Rockia Traoré

444.JPGAu Théâtre national, la chanteuse malienne donne un concert électrique et électrisant.
 
Que Rokia Traoré soit une musicienne exceptionnelle, on le savait mais on en eut la confirmation jeudi soir au Théâtre national à Bruxelles. Que la chanteuse malienne ait de la suite dans les idées, l’on pouvait s’en douter. Confirmation avec une configuration de concert en droite ligne de celle du nouvel album, “Beautiful Africa” (Nonesuch/Warner) : à part la batterie, tous les instruments sont électrifiés, y compris le n’goni. Le petit luth d’Afrique de l’Ouest devient-il ainsi complice d’une fusion mondialiste de plus ? Pas vraiment. Avec cette lutherie électrique, Rokia Traoré insuffle une vibration rock aux rythmes africains, qu’ils soient bambara (l’ethnie de la musicienne) ou peul. Mais l’esprit de son art reste le même : quand il ne s’agit pas d’une ode à l’amour (“Ka Moun Ké”), elle dénonce petits travers des humains comme l’hypocrisie. La chanteuse s’en prend par exemple ouvertement à ceux qui disent du mal des autres dès qu’ils ont le dos tourné… (Crédits: IPM)


Et à un moment, ça éclate. “Beautiful Africa” est d’abord un cri d’indignation par rapport à la guerre qui déchire le Mali, avant de devenir une déclaration d’amour au continent noir. La voix de celle qui se définit alors comme “afroprogressiste” devient rageuse et les guitares s’énervent en un rock’n’roll rappelant celui de la bande à Elvis Costello, Dave Edmunds, Nick Lowe ou Graham Parker.
 
Au fil du concert, ce petit brin de femme au cheveu court se révèle un concentré d’énergie et ses gestes élégants habitent l’espace de façon chorégraphique. Un rappel, un seul : voix un peu cassée par une heure trente de scène, Rokia Traoré donne une version très personnelle de “Gloomy Sunday”, chanson hongroise devenue standard par l’entremise de Billie Holiday en 1941. Impressionnante coda à un concert de toute beauté.
 
Dominique Simonet

09:50 Publié dans Concerts | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Écrire un commentaire