Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Ninja Tune: 20 ans de prises ancestrales

    Daedelus.jpgLe label anglais fête cet automne deux décennies de notes et d'expérimentations.

    Septembre 1990. Une nouvelle enseigne diffuse sa première plaque à Londres. "Zen Brakes", estampillé Ninja Tune et signé Bogus Order. Derrière ce pseudonyme on trouve le duo duquel tout partira. À l'époque, Jonathan More et Matt Black forment Coldcut. Deux bidouilleurs de vinyles, accrocs de scratches (son provoqué par le frottement du vinyle), de breaks (moment où le morceau explose) et magiciens du sample (échantillon de morceau) qui, armés de solides références musicales, animent depuis 1988 une émission sur Kiss FM. Dans la galaxie Solid Steel, funk, soul, reggae, hip hop, jazz et d'autres s'entrechoquent deux heures durant sur les ondes hertziennes. C'est là qu'iront se planter les premières étoiles ninja, le programme servira de terreau à l'émergence du label.(Photo: Daedelus)

     

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Agenda 1 commentaire Pin it!
  • Que Bruxelles tremble...

    Andreya Triana.jpgNotre capitale est sur la courte liste des villes où passera le NinjaTune XX Tour.

    Qui dit anniversaire, dit cadeau. Une fois n'est pas coutume, ce sont les invités qui sont gâtés. Histoire de célébrer dignement ses vingt ans, Ninja Tune – passés maître dans l'art du packaging, ce qui a sans doute également contribué à sa longévité – décline un coffret XXL, que ce soit en termes quantitatifs ou qualitatifs. "20 Years of Beats & Pieces", une très jolie pièce qui affole déjà les collectionneurs avec ses six CD's de titres inédits et remixes originaux (près de 120 nouveaux morceaux), ses six vinyles 45 tours, ce livre de 200 pages signé de la plume du critique anglais Stevie Chick (Mojo, The Guardian, Rolling Stone...), des posters, des stickers et bien d’autres surprises... Le tout vendu autour de 125€. (Photo: Andreya Triana)

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Agenda 0 commentaire Pin it!
  • Reprise des manœuvres orchestrales

    Orchestral+Manoeuvres+in+the+Dark+OMD1.jpgOMD fut au début des années 80 leader de l’électro-pop anglaise. Trente ans plus tard, le duo revient aux sources avec “History of Modern”.

    Au secours, les eighties reviennent ! Cette fois, c’est OMD - ou, plutôt Orchestral Manœuvres in the Dark - qui publie un nouvel album, le premier depuis quatorze ans. Mais qui savait encore, en 1995, que OMD existait ? Plus qu’un come-back, c’est d’une véritable renaissance qu’il s’agit, comme l’expliquent - d’une seule et même voix - Andy Mc Cluskey et Paul Humphreys, les deux fondateurs du groupe. "Officiellement, nous n’avions pas arrêté. Ou, en tout cas, nous n’avions pas fait de tournée d’adieu, ni même de communiqué de presse pour annoncer la fin. Mais, en fait, le groupe n’existait plus."

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Interviews 0 commentaire Pin it!
  • Arrêt à la Station Bowie

    4df02210.jpg“Station to Station” (1976) est l’un des albums les plus allumés de Bowie. Sa réédition est augmentée du légendaire live au Nassau Coliseum.

    La vérité est parfois dans la transition, le passage: c’est ainsi qu’est le plus communément décrit "Station to Station", album de David Bowie enregistré à l’automne 1975, à New York, et paru fin janvier 1976. D’accord, mais entre quoi et quoi ? La soul plastique de l’album "Young Americans" (1975) et "Low", "Heroes", "Lodger", les trois albums enregistrés avec Brian Eno, à Berlin, entre 1977 et 1979. Un constat d’abord: quelle productivité suralimentée ! Entre "The Man Who Sold The World" (1970) et "Scary Monsters" (1980), Bowie a publié treize albums, dont dix sont des coups de maître. Jamais il ne retrouvera l’allant de cette décennie fabuleuse. Et périlleuse : l’artiste faillit y laisser, sinon sa peau, du moins sa santé mentale.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Guns N’Roses ce jeudi à Anvers

    yp0v94df.jpgPassé par le Pukkelpop (2002) et le Graspop (2006), les "Guns" sont de retour en Belgique, ce jeudi, à Anvers.

    C’est le défilé de légendes du rock cet automne. Après U2 et avant Santana, ZZ Top et OMD entre autres, (re)voici Guns N’Roses. Fondé - de la fusion de L.A. Guns et Hollywood Rose - en 1985 par Axl Rose, le groupe américain de hard rock démarre très fort avec l’album "Appetite for destruction" (1987), et assied son succès planétaire avec "Use your illusion" I et II (1991). Ils se vendront chacun à plusieurs dizaines de millions d’exemplaires.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Agenda 0 commentaire Pin it!
  • The Black Box Excitation?

    BBR.jpg"Love Licks", dernier clip vidéo des blues-rockeurs belges, The Black Box Revelation, est très très chaud...

    Le duo formé par Jan Paternoster (guitare/voix) et Dries Van Dijck (batterie) continue de distiller un à un les tubes que contient Silver Threats, leur excellent second album sorti début 2010. Après le remuant "High on Wire" et l'hymne "Do I Know You", c'est au tour de "Love Licks" d'être mis en images. Un des morceaux préférés des jeunes musiciens bruxellois et "une chanson très sexy, avec son groove, son atmosphère étrange... que les filles adorent" annonce Jan. Par contre, ce sont les garçons qui risquent d'être contents au vu du clip très osé livré avec le troisième single de The Black Box Revelation... Au programme: rock, nudité et ébats lesbiens. Dilbeek, home of perv' rockers? La réponse ci-dessous...

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Videos 0 commentaire Pin it!
  • Tout pour réussir

    The Hundred In The Hands.jpgLe duo new-yorkais de The Hundred in the Hands sort son premier album. Une fusion d’électro et d’éléments post-punk qui accroche l’oreille.

    Brooklyn encore et toujours. C’est de cet intarissable berceau de créativité que nous arrive le duo The Hundred in the Hands. Derrière les guitares et les beats : Jason Friedman, leader de The Boggs, l’un de ces groupes dont l’estime que leur porte le milieu musical est inversement proportionnelle à leur notoriété. La voix et les synthés appartiennent à Eleanore Everdell, joli brin de fille que l’on peut entendre sur "Lover’s Day" de TV on the Radio. Le printemps dernier, leur premier titre "Dressed in Dresden", suivi de l’EP "This Desert", avait pas mal agité la blogosphère musicale. Rien de très neuf pourtant dans le son : de l’électro mélangée à des éléments post-punk, un groove funk, dans la parfaite lignée du son new-yorkais, mâtiné de New Order. Et des clins d’yeux à la pop rêveuse quand le ton se fait plus calme. "Summertime gothic", qu’ils avaient appelé cela.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Interviews 0 commentaire Pin it!
  • Le stade Roi Bono

    U2 vendredi.jpgDouble concert historique de U2 au stade Roi Baudouin à Bruxelles. Sans forcer leur talent, les musiciens ont su faire oublier la débauche technologique.

    C’est au son de “Space Oddity”, par David Bowie, que Bono et ses sbires ont fait leur entrée en scène : U2 a toujours su se placer dans le sillage des stars (inter)planétaires, tandis qu’apparaît évident le rapport avec le dispositif scénique, mi-crabe, mi-vaisseau spatial. La gigantesque scène quadrupède a, jusqu’ici, fait couler beaucoup d’encre. Ce qui est génial, c’est que, pendant les deux heures et quart de concert, elle a réussi à se faire oublier. La surface vert pâle et les pastilles orange qui recouvrent les quatre pattes absorbent et reflètent les éclairages dès que la nuit est tombée. L’écran cylindrique remplit sa fonction sans trop distraire de la musique et, à la fin, deux grandes boules à facettes réfléchissantes transforment en discothèque un stade dont les dimensions se réduisent. C’est si bien fait qu’à un certain moment, pour peu que l’on soit bien placé, l’on n’a même plus l’impression d’être dans un stade.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • La force est avec U2

    U2 jeudi.jpgLe quatuor signe une prestation visuellement grandiose. Reste le son...

    Ce bol! Les cieux sont avec les dieux du stade et leur public. Avant le premier des deux concerts de U2 à Bruxelles, un joli soleil descend sur le Heysel où le public arrive comme à un pique-nique. Tranquille. Les abords du stade Roi Baudouin ont une improbable allure de kermesse; la rue de Marathon est une terrasse que beaucoup n’ont pas envie de quitter. Dommage car Interpol, ça vaut le coup d’oreille. Pour une fois qu’une première partie est cohérente avec la suite... Comme U2, Interpol est issu de la mouvance post-punk, plus tardive, certes, mais tout de même. Comme pour U2, Joy Division est l’un de ces phares sombres dans la nuit. Engoncés dans leur costume, on les prendrait plus pour des Londoniens que pour les New-Yorkais qu’ils sont, mais ils assurent sans sourciller. Dommage que le son ait tendance à la réverbération tournoyante. Assurer une première partie, même pour les meilleurs, est un art bien ingrat.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • U2: veillée d’armes au Stade

    U2 preparatifs.jpgLe quatuor irlandais est en Belgique mercredi et jeudi. Petit tour des installations avant que la fête commence.

    Le parking là, c’est pour mes clients ! Tu veux jouer au chef contre moi ou quoi ?” Mardi après-midi, c’est déjà la chaude ambiance au Stade Roi Baudouin, sur le plateau du Heysel à Bruxelles. En ce jour précédent le premier des deux concerts de U2 en Belgique, les abords et l’intérieur du stade grouillent d’activité, dans un incessant ballet d’automobiles et de poids lourds. Voilà la bête. Entre les élévations de brique des tribunes, la scène rivalise de hauteur. Avec 27,50 mètres pour les éléments principaux, et 45 pour le pylône central, cette scène ne manque pas d’arguments. Bien campé sur ses quatre fines pattes (de crabe, d’araignée, de vaisseau spatial selon les imaginaires), le monstre abrite une petite scène centrale ronde entourée d’une piste circulaire d’un diamètre imposant. De quoi permettre à Bono de garder la forme. A son âge…

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Agenda 0 commentaire Pin it!
  • Le choix des internautes belges pour l'Eurovision

    euro_unof_r2_c2-300x254.jpgLes artistes intéressés créent un profil sur le site musical "Akamusic" et y déposent un morceau.

    A l'occasion du 25e anniversaire de la victoire de Sandra Kim à l'Eurovision de la chanson, la RTBF a décidé d'innover pour trouver l'artiste ou le groupe qui représentera la Belgique lors de l'édition 2011 du concours, selon un communiqué des organisateurs. Le candidat sera dorénavant sélectionné via Internet. Le principe est simple. Les artistes intéressés créent un profil sur le site musical "Akamusic" et y déposent un morceau. De leurs côtés, les internautes qui souhaitent soutenir les candidats ouvrent un compte sur Akamusic pour miser sur les artistes par parts de 5 euros. Ils peuvent payer avec Mastercard, Paypal, Visa, et Amex.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : News 0 commentaire Pin it!
  • Vintage Pop

    supertramp1.jpgL'équipée Supertramp , sans Hodgson, a repris la route début septembre. Avant son passage en Belgique, nous avons intercepté ce "70-10 Tour" à Madrid.

    Le 21 avril dernier, la nouvelle est officialisée: Supertramp reprend du service. Pour fêter les quarante ans de carrière du groupe depuis la publication de son premier album, trente-cinq dates sont annoncées au départ de Halle (Allemagne), le 2 de ce mois. La tournée "70-10" passera ensuite par la France, l'Autriche, la Suisse, l'Italie, le Portugal, les Pays-Bas, l'Irlande, l'Angleterre, mais aussi la Belgique, le 10 octobre prochain sur la scène du Sportpaleis anversois, et l'Espagne, vers laquelle nous nous envolions mercredi dernier pour éprouver ce retour.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • La vengeance d'une Blonde

    20070413blondeRedhead.jpgLe trio new-yorkais Blonde Redhead opérait samedi soir à l'AB un retour éclatant.

    Forts d'un nouvel opus et d'un parcours musical de quasiment deux décennies, l'envoûtante Kazu Makino et les jumeaux milanais Simone et Amedeo Pace étaient en Belgique ce week-end. Si la musique de Blonde Redhead, pionnier de la scène rock new-yorkaise underground des années nonante, pouvait jadis être comparée aux mélodies mordantes et déstructurées de leurs collègues Sonic Youth, le groupe est aujourd'hui un peu boudé par une partie de son public qui regrette l'époque du shoegaze et de l'électricité. Depuis quelques albums en effet, l'accent est devenu pop. "Penny Sparkle" ne déroge d'ailleurs pas à cette règle et, avant ce dernier concert bruxellois, nous ne savions qu'en penser, ni déçus, ni convaincus mais clairement dans l'expectative. Il est des disques qu'il faut apprivoiser. Et la prestation de samedi nous aura en tous cas motivé.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Désistements en série

    4886926357_879a25d195_m.jpgAux Fêtes de Wallonie, les annulations s'enchaînent...

    Les organisateurs des Fêtes de Wallonie ont enregistré un nouveau forfait d'artiste: Christophe Willem, victime d'un "grave refroidissement", a annulé sa présence aux concerts de La Louvière et de Liège. Les organisateurs avaient déjà dû faire face au désistement de Lio, qui souffre d'une infection pulmonaire, et du rappeur Akhénaton, retenu auprès de son père mourant. Christophe Willem sera remplacé par Axelle Red, tandis que Plastic Bertrand et Ben L'oncle Soul ont pris la place de Lio, respectivement à La Louvière et Liège.

    Lien permanent Catégories : News 0 commentaire Pin it!
  • Syd Matters libre comme l’air

    syd_matters.jpgLe groupe français publie “Brotherocean”, un opus foisonnant, respirant l’air du large. Une folk-pop bricolée qui déménage en douceur. Bien bel équipage qui fera escale à Bruxelles et à Liège en novembre.

    Sannois, banlieue parisienne (Val d’Oise), l’EMB alias Espace Michel Berger, un matin de septembre. Ça chipote pas mal sur scène. Déplacements de musiciens, déménagements d’instruments, parfois de quelques centimètres seulement, grattements de tête et silences de réflexion. "Ça fait une demi-journée qu’on cherche notre place sur scène", explique un membre de Syd Matters, groupe en résidence, pour une semaine, dans cette salle de concert à l’accueil chaleureux. Quand "Hi life", perle folk-pop portée par trois puis quatre voix, éclot sur scène, encore un peu fragile, à la fois mélancolique et lumineuse, cotonneuse et ouverte, le temps suspend son vol, et l’on se sent tout sauf seul, dans la salle vide de l’EMB. Le chant fluide, un peu plaintif, typique de Syd Matters, s’étire ici sur des percussions presque tribales ("Hadrian’s Wall"), là sur le bourdonnement (deux notes de guitares) de "Hallalcsillag", tout en montées, silences et virages; insaisissable.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Interviews 0 commentaire Pin it!