Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

  • Arno a le sens de la formule

    Arno: "Vive les moules!!!!" + "Les filles du bord de mer"@Couleur Café - La Libre.be
    On retrouve l'humour légendaire de monsieur Arno, et l'un de ses morceaux-phare.
    Lien permanent Catégories : Festivals 0 commentaire Pin it!
  • Ayo à Couleur Café

    Ayo - Intro + "Down On My Knees" - La Libre.be
    Ayo interprète son fameux single.
    Mots-clés : couleur café ayo reggae

    Ayo@Couleur Café - La Libre.be
    La jolie Ayo était de retour à Bruxelles à l'occasion du festival Couleur Café, qu'elle connaît bien aujourd'hui.
    Mots-clés : couleur café ayo raggae
    Lien permanent Catégories : Festivals 0 commentaire Pin it!
  • Un Couleur café noir de monde

    photo200.jpgPas de répit pour les fêtards, journée dominicale oblige, la dernière ligne droite de ce Couleur Café vingtième du nom commence un peu plus tôt que d’habitude. Il est à peine 16h et déjà la station Ribaucourt et ses alentours prennent des allures de fourmilière éclatée. Le mercure flirte avec les 30 degrés Celsius. D’ailleurs, à ce niveau-là, les festivaliers n’auront pas eu à se plaindre, tant le soleil aura inondé la plaine de ses rayons tout au long du week-end. Ça tombe bien, notre Couleur Café, on l’aime chaud

    Premier arrêt sous la tente Univers. Ici sévissent les rappeurs et raggamen du collectif Neg’Marrons, des vieux de la vieille, en provenance directe de Garges-Sarcelles. On les connaît surtout pour leur titre "Le Bilan", datant de 2000. Un peu moins pour leur dernier opus, "Les Liens Sacrés", sorti l’année dernière. Mais en matière d’ambiance, les Neg’Marrons savent toujours y faire et offrent une belle entrée en matière.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Festivals 0 commentaire Pin it!
  • BaliMurphy à Couleur Café

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Festivals 1 commentaire Pin it!
  • Saule à Couleur Café

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Festivals 0 commentaire Pin it!
  • L’exotisme à la fête

    450.jpgBruxelles était au poste, samedi soir Place des Palais, pour fêter la musique.

    Au fil des éditions, ce rendez-vous devient incontournable. Comme à son habitude, la Fête plurielle de la Musique entamait avec l’été un marathon de quatre jours de notes. Jeudi soir, à la Maison des Musiques, elle était prétexte à décliner la langue française à tous les modes et voyait notamment le sieur Veence Hanao - dont l’excellent "St-Idesbald" remportait le même soir l’Octave de l’album de l’année - chanter la langue d’Hugo à l’ombre de lunettes-miroirs.

    Vendredi, c’est la musique électronique qui était à l’honneur, ralliant les fêtards sous la bannière du minimalisme (mais pas du moindre effort). Et la formule a séduit au-delà des espérances. Noir de badauds enthousiastes, le quartier des Brigittines était littéralement pris d’assaut. Mais s’il fallait s’armer de patience pour accéder à la piste de danse, les murs de l’ex-station du Recyclart ont tremblé jusqu’aux petites heures

    L’usage veut que la fièvre s’opère le samedi soir et la tradition qu’elle nous donne rendez-vous à la Place des Palais. Une affiche aux senteurs éclectiques nous y est proposée, c’est toujours le mot d’ordre. Le Liégeois Jeronimo, sa guitare et ses "Mélodies démolies" se charge d’ouvrir le bal avant l’arrivée du sorcier nigérian. Peu après 18h, les musiciens du paternel investissent la terrasse géante du Palais royal. En un rien de temps, les Fela’s Egypt 80 inonde l’assemblée d’une vague exotique qui, déjà, fait grimper le mercure. Un tour de chauffe instrumental et Seun Kuti débarque sur les planches dans ses habits dorés. Ses premiers mots coïncident avec l’arrivée d’un beau rayon de soleil, la magie s’opère. L’Afrobeat électrise aisément le pavé quand le maître de cérémonie bondit d’un coin à l’autre de l’avant-scène et se tortille avec agilité. Parmi la foule, qui grossit à son rythme, un homme vend des chapeaux de cow-boy et de drôles de lunettes. Les gens trinquent et rigolent, les cuivres vibrent, les danseuses affriolent

    Arrive ensuite la bande cosmopolite de Moriarty, armée d’un folk épidermique, sobre et très élégant. En bonus, une reprise appréciée de Depeche Mode. Et toujours pas de pluie. Puis le présentateur prend la parole pour introduire les caméras de la Une et les Belges de Joshua. Un peu d’électro, un soupçon de rock et quelques salves hip hop pour une prestation pop pas toujours convaincante. Mais les fans, assez nombreux, reprennent vite les refrains en chœur et les rangs se resserrent.

    Yalla ! Avec Balkan Beat Box, l’ambiance décolle véritablement. L’équipée de Tamir Muskat et d’Ori Kaplan conjuguent rythmes moyen-orientaux, musiques d’Europe centrale, modernité et débauche d’énergie pour le plus grand plaisir d’une fosse désormais extatique. Situation idéale pour Soldout, en piste vers minuit pour conclure les débats. Devant un écran aux lumières hypnotiques, le duo bruxellois "électronise" les dernières envies nocturnes. Avant un repos mérité. Ou quelques suites improvisées.

    Nicolas Capart

    Lien permanent Catégories : Festivals 0 commentaire Pin it!
  • Comme un arbre dans la ville

    200.jpgMoby défendra son nouvel opus sur la scène de TW Classic ce samedi 20 juin. Un homme complexe, intelligent et intriguant pour une rencontre savoureuse.

    S’il doit son surnom au célèbre roman de son arrière-grand-oncle Herman Melville, Moby a acquis en vingt années de carrière une notoriété qui va bien au-delà de la réputation familiale. Précurseur de la scène techno - on se souvient de l’hymne "Go" en 1991 - ce natif d’Harlem traversera des périodes difficiles où la reconnaissance n’est pas au rendez-vous, coincé entre velléités punk, envies électroniques et une étiquette "ambient" qui lui colle à la peau. Mais en 1999, l’album "Play" est pour lui synonyme de consécration (10 millions d’exemplaires vendus). Il reste à ce jour son meilleur travail.

    Une décennie et trois albums plus tard ("18", "Hotel" et "Last Night"), Richard Hall revient sur le même terrain de jeu et propose "Wait for Me". On y retrouve les harmonies instrumentales qui avait séduit à l’époque, quelques invités, l’intensité d’un piano ici, la mélancolie d’un texte là-bas, et une sensibilité qui transpire de chaque composition. Sont aussi de retour les petits personnages croqués par l’artiste, dans ses clips ou sur la pochette de l’album. "Enfant, j’étais fasciné par les astres et la science-fiction Ils sont une sorte d’autoportrait, comme une partie de moi."

    Mais au-delà de l’artiste, on découvre un homme avec des idéaux, des valeurs et un régime alimentaire sévère. Capable de s’engager dans un combat politique et de s’amouracher d’un chat perdu dans l’arrière-cour du lieu où il fait sa promo. Conversation surréaliste entre assiettes de fruits rouges et miaulements plaintifs.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Interviews 0 commentaire Pin it!
  • M revient en septembre

    M revient après 6 ans d'absence. Son album Mister Mystère est attendu pour septembre. Un album avec des textes de Brigitte Fontaine, Louis Chédid et George Kretek. En attendant il est possible d'écouter le single sorti le 8 juin, "Le roi des ombres" ici http://www.leroidesombres.com/

    Ce single est déjà téléchargeable sur les plateformes de téléchargement légales.

    M sera à l'Ancienne Belgique le 18 décembre. Plus d'infos sur son myspace http://www.myspace.com/matthieuchedid

     

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • "Without a Song"

    280.jpgFreddie Hubbard

    Pourquoi certaines maisons  de disques attendent-elles qu’un artiste soit mort pour sortir des trésors de leurs coffres? Ces bandes dormaient depuis 40 ans. Enregistré en tournée européenne, leur contenu est magnifique. En 1969 et en effet, le trompettiste Freddie Hubbard (1938-2008) déborde de créativité basée sur une solide expérience. Avec Roland Hanna au piano, Ron Carter à la basse et Louis Hayes à la batterie, il montre une technique éblouissante - bien supérieure à celle d’un Miles Davis. Hard bop très swinguant, il s’aventure sur des terrains aux harmonies modales ambitieuses et veloutées aux oreilles.  (DS)

    1 CD Blue Note 236957, EMI

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 1 commentaire Pin it!
  • "Solid Air" John Martyn

    220.jpgDécédé le 9 janvier dernier,  à l’âge de 60 ans, l’Anglais John Martyn a laissé un héritage musical considérable, notamment sur l’étiquette Island cinquantenaire cette année. Raison de cette réédition d’un des albums les plus consistants de l’auteur-compositeur interprète. Dans le bouillonnement des années ’70, Martyn croise blues, folk, trad et jazz, avec un phrasé original tant au chant qu’à la guitare. "Solid Air" a été écrit pour son ami Nick Drake, et "May You Never" fut repris par Eric Clapton. Prises alternatives, démos, live, le second cédé apporte un nouvel éclairage sur ce classique touffu et passionnant. (D.S.)

    1 double CD Island 531793, Universal

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Abnormally Attracted to Sin

    450.jpgTori Amos

    Tori Amos n’a jamais fait mystère de son attrait pour le sexe et autres petites fantaisies, jouant de la provocation avec une maîtrise et une honnêteté évidentes. Affaire compliquée par une attitude ambivalente vis-à-vis de la religion, dont elle a reçu une solide éducation par un père pasteur, avec retombées sur les rapports entre femme et pouvoir. Diable ! Voix et écriture toutes en circonvolutions, et malgré une inspiration ici inégale, Tori Amos fait passer ça de la manière la plus agréable qui soit, au travers d’autant de styles que de chansons, avec sa forte personnalité comme fil. (DS)

    1 CD Universal Republic270343

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Barbus à Bruxelles

    200.jpgCaché derrière ses longues barbes comme Kiss derrière son maquillage, ZZ Top occupe une place de choix au panthéon des stars de la génération MTV des années 80. Si leur blues rock texan a marqué les oreilles avec des singles comme "Gimme All Your Lovin", "Sharp Dressed Man" et "Legs", Billy Gibbons, Dusty Hill et Frank Beard ont également frappé l’imaginaire collectif de la génération clip avec une imagerie criblée de jolies filles, de voitures pétaradantes et d’humour. Les gentils machos cowboys qui n’ont jamais rangé leurs guitares (en quarante ans de carrière !) passeront à Bruxelles pour l’avant-dernière date de leur tournée européenne, avant un circuit prévu aux USA avec Aerosmith. (D.S.)

    Bruxelles, Forest National, le 12 juin, dès 20h, 49 €.

    Infos & rés. : 0900.84.100 (0.45 €/min.) et www.forestnational.be

     

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Jewellery

    50.jpg

    Micachu and The Shapes

    "Jewellery" peut-être, mais c’est tout le contraire du bling bling. Micachu, soit Mika Levi, est une jeune Anglaise allumée comme un pétard. Tordu, tordant, son disque est un feu d’artifice electro-pop bricolo. Elle ne fait pas ça parce qu’elle ne sait rien faire d’autre : une formation classique, y compris à la composition, trône sur son curriculum. Cela n’a pourtant pas coincé Micachu, qui joue d’instruments détournés ou faits maison, un aspirateur par exemple. A la réalisation, Matthew Herbert a mis un peu d’ordre dans tout ça en préservant l’énergie primesautière. Un pavé dans la vitre d’un univers pop trop formaté. (DS)

    1 CD Rought Trade 500, Konkurrent

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • "Relapse" Eminem

    photo200.jpg "Relapse" (Rechute), c’est le contraire du "Rehab" (Désintoxication) d’Amy Winehouse, mais les deux parlent de la drogue. Marshall Mathers y a plongé après avoir pris un pause-carrière, en 2005, durant laquelle les tuiles ne l’ont pas épargné. Ça l’aurait fait réfléchir ? Nenni. Slim Shady replonge dans son univers de violence gratuite, d’intolérance, de machisme, univers malsain et écœurant. Em dit que c’est fait pour ? Alors c’est réussi. D’autant que le flow est parfait pour marquer la tension déjà patente dans la musique élaborée par Dr Dré. Ce qui rend les propos encore plus navrants. (DS)

    1 CD Aftermath270321, Universal.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!