Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Solange Knowles, Sol-Angel antd the Hadley St. Dreams

     

    solange.jpgMarre du R&B qui se roule dans ses clichés, souvent bien roulés, certes, mais kitsch à mort? Cet album de la petite sœur de Beyoncé est fait pour vous. Largement inspiré du son Motown, Solange se démarque ici d’un premier effort dance pour ados, "Solo Star" (2003). Pour y parvenir, elle a travaillé notamment avec Cee-Lo (Gnarls Barkley) et l’Anglais Mark Ronson (Amy Winehouse), tous deux spécialisés dans la mise au goût du jour de sons vintage. Les Boards of Canada apportent la touche electro et, banco, l’on prend un plaisir fou à ces petites chansons néo-soul mignonnes et classe comme leur interprète. Une vraie personnalité émerge. (DS)

    1 CD Geffen 1781075, Universal.

     

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Joe Cocker, Cry Me A River

     

    jo.jpgIl y a le meilleur et le pire dans ces enregistrements réalisés pour l’émission allemande Rockpalast. Ici, c’est franchement pas terrible. En 1980, au Metropol à Berlin, Joe Cocker n’est pas au mieux de sa forme et, surtout, l’entourage musical fait peine à voir et à entendre. Il a beau pousser à fond les manettes avec "Cry me A River", "You Are So Beautiful, "With A Little Help From My Friends" revenu de Woodstock, ça ne passe franchement pas comme "The Letter" à la poste. Trois ans plus tard, à Nuremberg, en plein air au bord de la rivière Pegnitz, cela va un peu mieux, notamment à cause d’accompagnateurs plus dans le coup. Là, on peut parler de document. (DS)

    1 DVD Eagle Vision 703, PiaS.

     

    Lien permanent 0 commentaire Pin it!
  • From The Basement

    base.jpgEn ayant assez de la lourdeur habituelle de la télévision, tant pour les équipes que pour les artistes, las de l’hypocrisie du faussement "en public", le producteur Nigel Godrich a mis en place une formule plus légère d’enregistrement, une manière d' "unplugged" sans public pour faire monter la sauce. L’artiste est donc, d’une certaine manière, sans filet, et l’on en voit certains, comme PJ Harvey, pas trop à l’aise avec la formule. D’autres, comme les White Stripes, s’éclatent à fond, Meg White s’évertuant à démontrer - avec une certaine réussite - qu’elle joue de la batterie comme un pied. La captation a lieu dans un quartier calme de l’East London, aux studios historiques de la BBC, à Maida Vale, là où était installé le service infos durant la Deuxième guerre mondiale. Globalement, la formule met en évidence des univers artistiques, ainsi, celui de Beck, déglingué tenant debout par on ne sait quel miracle. Plusieurs solos tournent au portrait-vérité: la très sensuelle PJ Harvey avec ses oiseaux, la peau de mouton sur le tabouret, Damien Rice à genoux sur le tapis, Eels ou Neil Hannon particulièrement tristes. Dans l’ensemble, beaucoup de souffrance émane de ces séances; c’est le cas de Radiohead dont le titre de groupe le plus cafardeux n’est pas contesté, sur des images qui ne pardonnent pas. Airs du temps? (DS)

    1 DVD Eagle Vision 717, PiaS.

    Lien permanent 0 commentaire Pin it!
  • Mika, Live Parc des Princes Paris

     

    mika.jpgBien sûr, le spectacle qu’a donné Mika au Parc des Princes, le 4juillet dernier, était mirobolant. Au royaume du kitsch, Michael Holbrook Penniman est passé roi, et sa scène tient autant du cirque que du carnaval ou du théâtre de rue. Le jour précédent, jeudi 3juillet, il était sur la scène de Werchter. Le spectacle parisien est clairement une extrapolation de celui-là, en plus grandiose, avec une scène, des décors, des costumes spécialement dédiés. Même s’il confirme son tempérament espiègle bondissant, Mika est aussi souvent assis au piano, avec une musicalité appuyée. Outre le spectacle, filmé comme il se doit, le dévédé contient un documentaire vraiment intéressant, où l’artiste se dévoile quelque peu avec une franchise et une simplicité désarmantes. Pour lui, jouer devant 55.000 spectateurs en n’ayant qu’un album sous le bras représente un risque et un défi. Mais le gars sait où il va; il assume ses délires tout en mesurant leur coût, un point sensible chez lui. Tout converge dans le sens d’une réelle implication de l’artiste aux divers stades du projet, jusqu’aux chorégraphies et à la conception de pompes cousues main, quelque part entre les baskets et les chaussures de ville. Méticuleux jusqu’au bout des pieds, ce Mika! (DS)

    1 DVD Island 178295, Universal.

     

    Lien permanent 2 commentaires Pin it!
  • Patti Smith, la pythie

    patti.jpgLa photographie est leur point commun, elle les a mis en contact: c’est lors d’une séance de prises de vues pour un magazine que Steven Sebring a rencontré Patti Smith. Fasciné par le personnage, il s’est mis en tête de lui brosser un large portrait filmé. Le voici en dévédé, il porte le nom d’un des albums de la chanteuse, "Dream of Life".

    Le documentaire peut paraître quelque peu décousu, à la manière d’un collage, mais, tout comme ce dernier, il a sa cohérence, son fil conducteur même: la chambre où Patti Smith vit entourée d’objets, tous plus proustiens les uns que les autres. Cela induit souvenirs, nostalgie (la couleur du film), développements poétiques. Le raccord est alors fait entre vie privée, familiale, sentimentale, et l’artiste chanteuse, peintre, photographe.

    Pour qu’on s’y retrouve malgré tout un peu, "Dream of Live" s’ouvre sur une mini-autobiographie, racontée par Patti Smith sur des images de mustangs au galop et fond rouge. "Horses", le premier album, 1975. "La vie n’est pas une ligne verticale ou horizontale, dit-elle dans le commentaire en voix off qu’elle assure tout au long du film. Chacun a son propre univers intérieur désordonné. D’où l’importance de la beauté, de la musique, du son, du bruit".

    Voilà ce qui fait donc courir Patti. Dans la boîte aux souvenirs, marqués d’images ayant la force du noir et blanc ou de la couleur à granulation modulée, il y a cette petite robe de fillette faite main, de couleur beige, l’une des rares choses qui lui restent de son enfance. Il y a cette guitare Gibson noire de 1931, qu’elle a acquise en 1971 et qu’elle a appelée "Bo", car elle a commencé par travailler des chansons de Bob Dylan. Dylan qui la lui a accordée une fois, en 1975. Dylan, un poète parmi les nombreux qu’a croisés l’artiste habillée à la garçonne, coiffée à la sauvageonne. Sa quête de poésir l’a menée sur les traces de nombre d’entre eux, sur leurs tombes comme celles de William Blake ou d’Arthur Rimbaud, à Charlesville. De partout, elle revient avec des images, superbes, prises au Polaroid 6x9.

    Mais Patti Smith ne peut se cantonner au rôle d’observatrice. Sa chanson "Radio Baghdad" sous le bras, elle manifeste contre la guerre en Irak. Illustration et leçon de vie au rythme de la poésie, "Dream of Life" est un modèle du genre documentaire.

    Dominique Simonet

     

    Lien permanent 0 commentaire Pin it!
  • Jenifer prolonge avec deux dates

    jen.jpg Elle interprétera principalement des chansons de son album, "Lunatique". Sacrée "artiste féminine de l’année 2008" aux NRJ Music Awards, Jenifer est sans doute celle à qui la Star Ac’a le plus souri.

    Après un passage à Forest National en mars2008, la belle Jenifer, gagnante de la première édition de la Star Academy (7 ans déjà!), est de retour en Belgique avec deux dates, dans le cadre de sa tournée "Prolongations". Elle interprétera principalement des chansons de son album, "Lunatique". Sacrée "artiste féminine de l’année 2008" aux NRJ Music Awards, Jenifer est sans doute celle à qui la Star Ac’a le plus souri.

    Le 18 décembre au Forum de Liège,www.leforum.be
    Le 19 décembre au Cirque Royal, à Bruxelles. Infos:www.botanique.be

     

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Safe Trip Home - Dido

    dido.jpgS’y glisser comme sous une douche bienfaisante. En ces temps incertains, Dido Armstrong revient avec un "Safe Trip Home" rassurant, mais pas seulement. En travaillant avec Jon Brion à la réalisation, la chanteuse partait quelque peu à l’aventure. Musicien lui-même, il s’est attaché à stimuler la musicienne qu’est Dido, l’encourageant à jouer plus d’instruments, comme de la batterie par exemple. Et si des artistes aussi divers que Mick Fleetwood (on est à Los Angeles, Californie), Citizen Cope,? uestlove (The Roots) ou le fumeux Brian Eno interviennent, c’est pour mieux laisser la chanteuse s’épanouir, se dévoiler. Son frère Rollo (Faithless) a coécrit la plupart des titres, dont les mélodies enchanteresses décollent par la voix diaphane de Dido. La belle surprise de cette fin d’année.

    (DS)

     

    1CD RCA 7411222, Sony BMG

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Arno, le chanteur de la liberté

    arno.jpgIl a beau se présenter comme l’un de nos artistes les plus déjantés, n’oublions jamais qu’Arno Hintjens sait très bien ce qu’il fait. Lui et Amnesty International, c’est déjà une vieille histoire, qui, musicalement, a commencé au Printemps de Bourges en 2000. Le voici qui remonte sur scène pour la cause des droits de l’homme, dont la Déclaration universelle a soixante ans cette année. Tous les bénéfices du concert sont destinés à Amnesty.

    Amnesty International/Arno, le 10 décembre à l’Ancienne Belgique à Bruxelles. www.abconcerts.be; www.amnesty.be

    Lien permanent Catégories : Concerts 2 commentaires Pin it!
  • Un artiste atypique et éclectique

    miam.jpgMiam Monster Miam va fêter ses dix ans de carrière au Centre culturel de Seraing. Une carrière déjà bien remplie pour cet artiste aux multiples facettes.

    Il est de ces artistes qui cultivent le culte du changement. C’est le cas de Benjamin Schoos, alias Miam Monster Miam, pour qui tout commence réellement en 1998, alors qu’il a à peine 20 ans. Repéré par le label liégeois Soundstation, l’artiste né à Seraing sort un CD 4 titres intitulé "When I was a Ninja". Peu de temps après, vient son premier "vrai" album, "Cum at the Liquid Fancy Fair". Une pop musique bricolée par cet artisan qu’est Miam Monster Miam, une pop ludique qu’il qualifie d’"adolescente" et qui se prolonge sur son deuxième disque. Avec "Hey Tank!", cet artiste complet - il s’occupe de tout, des premiers accords de guitare à la production - poursuit son œuvre intimiste.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Interviews 0 commentaire Pin it!
  • Le Forestier de ces années-là

    forestier.jpg Dans la foulée de la sortie de "Restons amants", Maxime Le Forestier retrouve la scène. En formation réduite pour pouvoir aussi se produire dans de petites salles.

    Faire un nouvel album - "Restons amants" est le 14e en ce qui le concerne - n’est pas une nécessité absolue pour Maxime Le Forestier. C’est que le précédent remonte déjà à 2000, année où il sortit "L’écho des étoiles". Qu’est-ce qui lui tient tellement à cœur, alors? Ben, la scène, pardi! Et sans doute aussi, un petit peu, Brassens. Il n’a donc pas pris 8 ans pour écrire un nouvel album, mais il a pas mal tourné. Avec "Plutôt guitare" et donc, aussi et surtout, son spectacle Brassens - "cette aventure, je voulais la faire avant mon 60e anniversaire, parce que physiquement, c’est quand même sportif de chanter tout Brassens. Je n’aurais pas voulu devoir interrompre le projet pour des bêtes questions de rhumatisme" . Il y eut aussi quelques incursions, par-ci, par-là, dans l’écriture de textes pour d’autres, ainsi que sa participation à la comédie musicale "Gladiateurs" d’Elie Chouraqui. "Restons amants" est sorti en mai dernier, place, à présent, à la scène.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Interviews 0 commentaire Pin it!
  • Sheryl Crow - Live

    sheryl.jpgD’accord, ce n’est qu’un concert filmé, mais il est joli. Certes, Sheryl Crow n’est pas ce qu’il est convenu d’appeler une bête de scène. Elle a de belles chansons et une belle voix aux inflexions héritées de la country. Avec ça, elle s’entoure d’un groupe tout à fait capable, soit deux guitaristes, un claviériste porté sur l’orgue Hammond, et un batteur. Cela signifie que, pour toute une partie du concert, c’est elle-même, Sheryl, qui tient la basse. On la voit par la suite passer à la guitare électrique, glisser à l’acoustique qu’elle aime bien trimballer dans son dos comme une vraie countrywoman, et enfin au piano. Une musicienne, l’ex-madame Lance Armstrong.

    Dans cette présentation, il est très énervant de ne rien trouver comme information quant à la salle et à la date où eut lieu ce concert. D’après le répertoire, on peut supposer qu’il se situe au début des années 2000, et les gens ont l’air d’Américains dans la moyenne ("moyens", ça fait péjoratif). Dommage que ce public réagisse comme dans le cadre d’une prestation envahie de matériel tévé: ce n’est pas ça qui va exciter outre mesure une chanteuse au tempérament très détendu.

    Dans ce répertoire personnel, Sheryl Crow inclut deux reprises, "The First Cut Is The Deepest", de Cat Stevens, et "(What’s So Funny 'Bout) Peace, Love and Understanding", un titre écrit par Nick Lowe pour son groupe Brinsley Schwarz, et reprit par Elvis Costello et ses Attractions. C’est d’ailleurs à cette dernière version que la chanteuse fait allusion. Rockeuse ("Everyday is A Winding Road"), elle termine son petit show en trombe avec "Steve McQueen", ouvert sur un vrombissement de moteur V8 d’une vieille Ford Mustang GT de la grande époque, celle du film "Bullitt" (1968). À part ça, elle est minouche, Sheryl, avec ses petites fossettes quand elle chante, car elle a le chant souriant, et la mèche blonde, qu’elle repasse sans arrêt derrière son oreille gauche.

    (DS)

    1 DVD Sound Stage 001, PiaS!

    Lien permanent 0 commentaire Pin it!