Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Beyoncé, I’m... Sasha Fierce

    beyo.jpgCes artistes et leurs problèmes de personnalité! On avait déjà Prince devenu Symbol, voici maintenant Beyoncé Giselle Knowles qui se dédouble en Sasha Fierce, son alter ego scénique. Pour être bien sûr que tout le monde comprenne, cet album - son troisième solo - est divisé en deux disques, l’un argenté, l’autre doré, et les photos des deux "personnes" sont juxtaposées au milieu du livret. Pigé? Musicalement, le premier disque évolue dans la ballade, sympa, parfois même attachant. Quant à la féroce [?] et cybernétique Fierce, elle a cinq titres pour s’exprimer. Ils se veulent remontés, mais sont plutôt casse-pied. Embêtant, non, quand on est supposé faire danser? (DS)

    1 double CD Music World/Columbia 19492, Sony BMG.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 7 commentaires Pin it!
  • Mavis Staples, Live

    blues.jpgPremière voix des Staples Singers, Mavis est une personnalité d’une générosité débordante. En témoigne, si besoin était, ce formidable enregistrement de juin dernier au Hideout, un petit club de Chicago, la ville natale de la chanteuse. Deux petits trios l’accompagnent, trois instruments tendance rock racines et trois voix façon gospel. Au milieu de tout ça, Mavis Staples y va à corps perdu, d’une grosse voix chargée d’histoire, de vie. Au public, elle déclare être là pour répandre des vibrations positives. Pas de problème, elle assure avec la force de conviction qui est la sienne, sur un répertoire majoritairement traditionnel, plus une reprise habituelle de Stephen Stills, "For what it’s worth". Quand vient la froidure, ça vous fait l’effet d’une bonne flambée. (DS)

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Vic Chesnutt, Dark Developments

    vic.jpgNon, Chesnutt n’est pas un songwriter seul sur son donjon. Ayant déjà collaboré avec Lambchop, le voici qui fricotte avec Elf Power, entité pop néopsyché. Il n’a pas dû aller loin: les Elfes en question sont, comme lui, d’Athens, en Géorgie. Enregistré au studio de Chesnutt, dans son arrière-cuisine, "Dark Developments" prouve que cette collaboration est parfaitement justifiée au niveau artistique, la multiinstrumentiste Laura Carter allant jusqu’à concevoir le design ubuesque de la pochette. Le résultat est un folk-rock sourd, profond, vibrant et accueillant. De chœurs bringuebalants, émerge la voix de Vic Chesnutt, sonnant parfois comme celle de cet autre voisin qu’est Michael Stipe (R.E.M.). Peut-être l’accent du coin? Quant à ces "Developments", ils ne sont pas si "Dark" que le titre le laisse entendre. (DS)

     

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Al Malik, l’ancrage

     

    malik.jpg Régis Fayette-Mikano, selon l’état civil, publie "Dante", troisième étape d’une œuvre en marche. Pourquoi cette référence à l’Allighieri? Parce qu’au lieu d’écrire en latin comme tout le monde à son époque, Dante a utilisé la langue vernaculaire, le toscan, pour sa "Divine comédie". Essaimer la culture est l’un des aspects du projet de Malik.

    C’est d’abord par la voix qu’Abd al Malik vous tient l’oreille. Ce qu’on appelle la présence vocale est fait, chez lui, d’un élan de sincérité peu commun.

    En cela, le succès de "Gibraltar", son deuxième album, n’a pas changé l’homme. On en a vu perdre la boule pour bien moins que 350 000 albums. Pas lui.Régis Fayette-Mikano, selon l’état civil, publie "Dante", troisième étape d’une œuvre en marche. Pourquoi cette référence à l’Allighieri? Parce qu’au lieu d’écrire en latin comme tout le monde à son époque, Dante a utilisé la langue vernaculaire, le toscan, pour sa "Divine comédie". Essaimer la culture est l’un des aspects du projet de Malik.

     

    Pour cela, il n’hésite pas à s’appuyer sur des références historiques en matière de chanson. Son tube "Les autres", construit autour de "Ces gens-là", de Jacques Brel, a scellé la complicité avec le pianiste brélien, Gérard Jouannest. Ce dernier est à nouveau là, composant, pianotant d’élégance, et sa compagne, Juliette Gréco, donne la réplique dans l’improbable "Roméo et Juliette". Puisqu’on est à la grande époque de Saint-Germain-des-Prés, voici Alain Goraguer, connu pour avoir arrangé les premiers disques de Gainsbourg, travaillé avec Jean Ferrat, la Gréco, Adamo, écrit de multiples musiques de film.

    Quitte à faire un peu anthologie, "Dante" en appelle encore à Claude Nougaro ("Paris mais" et "Quatre boules de cuir" dans "Le faqir", pourquoi sans le dire?) ou à Serge Reggiani, dont la voix ("Le petit garçon") perce "Le Marseillais". Tandis que "Gilles écoute un disque de rap et fond en larmes" met en scène le philosophe Deleuze, en regard de Spinoza notamment, Malik étend sa passion francophone à Aimé Césaire, qu’il rend à son verbe poétique. Les questions d’identité et de francitude innervent tout ce disque qui peut paraître gentillet, avec son chanteur-diseur un peu prêcheur ("C’est du lourd", justement). Abd al Malik serait-il au slam ce que Solaar est au rap, un grand vulgarisateur aux aspérités poncées? Si poncifs il y a, ils sont enrobés par la sincérité du personnage en quête d’ancrage. C’est à Strasbourg que Régis a grandi et roulé sa bosse. Dans la langue du cru, "Conte alsacien" donne presque envie d’apprendre le strasbourgeois.

    Dominique Simonet

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Tahiti 80

    tahiti.jpgTahiti 80, c’est une pop sans complexe, vitaminée, volontiers dorée au soleil des sixties et ponctuée de touches multiples (funk, soul). Les Français - sous-estimés dans leur pays, mais véritables stars au Japon - sont de retour avec un quatrième album, "Activity Center". Un opus davantage teinté d’influences rock, un peu moins sophistiqué que son précedesseur aussi, tout en restant léger et ludique.

    Bruxelles, Botanique, le 25 nov. à 20h. 13€ (en prév.)/ 16€. Info: www.botanique.be et 02.218.37.32.

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Carte blanche à Stef Kamil Carlens

    zita.jpgArtiste polymorphe, des débuts de dEUS au groupe Zita Swoon et ses inoubliables concerts en formule "band in a box" (au milieu du public et quasi sans ampli), Stef Kamil Carlens est l’un des musiciens belges les plus attachants. L’AB lui a donné "carte blanche", soit la liberté de concocter l’affiche d’un week-end. Son programme associe musiques en tous genres, du classique au rock, images et paroles. Samedi: Blue Flamingo, Cheval Blanc, Prima Donkey, Rodaan Al Galidi, The Golden Glows, et Stef lui-même interprétant Bob Dylan, accompagné par le groupe d’Arno. Tandis que dimanche, il se produit en formule solo, dans une soirée qui verra défiler B’Rock, Blue Flamingo, Claire Chevalier, De Kift, Rudy Trouvé Septet.

    Bruxelles, Ancienne Belgique, les 22 nov. (dès 19h) et 23 nov. (18h30). Un soir: 16€ (en prév.)/19€ (soir même); ticket 2 soirs: 25€ (en prév). Info: www.abconcerts.be ou 02.548.24.24.

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • The Streets

    streets.jpgL’Anglais Mike Skinner, leader de The Streets, n’a pas son pareil pour se mettre en poche et faire bouger le public en un tournemain, la preuve encore par son concert estival aux Ardentes, où le public ne s’est pas fait prier pour faire fi de la boue ("Fuck the mud") et voir la vie côté soleil. "Everything is borrowed", son quatrième album, s’affiche, de fait, plutôt enjoué, coloré et ouvert - un petit périple en France, sac au dos, lui aurait ouvert de nouveaux horizons, confiait-il récemment aux "Inrocks".

    Bruxelles, Halles de Schaerbeek, le 20 nov. à 20h. 23€ (magasins Fnac et www.proximusgoformusic.be). Info: 02.218.21.07 ou www.halles.be

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Kanye West

    kanye.jpgKanye West revient avec un nouveau show soutenu par une production que l’on annonce gigantesque - avec robot, étranges créatures et autres "simulations de pluies de météores" (!). Le succès de ce rappeur engagé, qui s’est aussi fait connaître pour ses collaborations prestigieuses (Alicia Keys, Coldplay), ne s’est pas démenti sur son troisième opus "Graduation", qu’il (re)vient présenter à Forest National, mais dans un "nouvel habillage".

    Bruxelles, Forest National, le 21 nov. à 20h. 40€. Info: www.livenation.be ou 03.443.06.66.

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • "Indochine" se met à nu

    indo.jpgLe célèbre groupe de rock français Indochine sortira en mars 2009 un disque hétéroclite "plus pop, moins rock" à la différence du précédent, "Alice et June". Dix-huit titres ont été achevés d’être enregistrés le 3 novembre au Studio ICP de Bruxelles, "mais on ne sait pas encore si on les gardera tous ou pas", explique Nicola Sirkis, chanteur et guitariste. Le single qui sera dans les bacs le 10 décembre n’a pas encore été choisi mais quelques titres ont été dévoilés: "Un ange à ma table", "La lettre de métal", etc.

    La tournée débutera en octobre 2009 et s’achèvera en apothéose au Stade de France, le 26 juin 2010. Indochine investira Forest National le 21 octobre. Pour ces concerts, le groupe a décidé de faire un beau geste envers leur fidèle public : ils ont négocié un prix unique de 35€ pour toute la tournée, à l’exception du Stade de France. Les billets seront en vente dès le 21 novembre 2008. Sur l’affiche du concert on peut voir Nicola Sirkis et Boris Jardel, guitariste, nus un nouveau concept : "Certains annoncent leur dernière tournée, d’autres que c’est peut-être leur dernière tournée, il fallait trouver une idée, alors, nous, on a décidé de se mettre à poil". (C.P.)

    Lien permanent Catégories : News 0 commentaire Pin it!
  • Les Cowboys Fringants

    cow.jpgL’expédition
    Les Cowboys Fringants, ça a de la gueule. Les musiciens aussi, qui n’ont jamais eu leur langue en poche depuis la douzaine d’années qu’ils cheminent ensemble. A côté de Mes Aïeux, franchement trad, Les Cowboys Fringants ont une tournure folk, country, avec quelques élans rock rappelant les Louise Attaque. S’affichant moins engagé que ses prédécesseurs, le nouvel album y va quand même de ses couplets sur les politiciens, le "Train de vie" qui s’emballe, la nature saccagée, etc. Une partie des bénefs de "L’expédition" est dédiée à une fondation pour la protection du patrimoine naturel québécois. Mais l’écriture de Jean-François Pauzé s’autorise maintenant des voyages en nostalgie, ou dresse des portraits comme celui de "La Catherine" qui "préférait brûler la chandelle" ou d’un jeune cancéreux de 19 ans. Ce qui fait aussi de "L’expédition" un très beau disque de chanson. (DS)

    1CD La tribu 3135982, Bang!

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Rachael Yamagata

    rach.jpgElephants Teeth Sinking Into Heart

    Extraordinaire vivier d’auteurs compositeurs interprètes, les Etats-Unis nous envoient cette fois Rachael Yamagata. Née à Arlington, en Virginie, le 23 septembre 1977, d’une mère germano-italienne et d’un père japonais, elle a été entendue au côté de Ryan Adams notamment. Elle livre là son deuxième album qui a la particularité d’être double. S’inscrivant dans la suite du premier album, "Elephants" se veut intimiste, tout en souffle, sur le ton de la confidence amoureuse, forcément dépitée. Délicatesse et subtilité, avec un léger tremblement dans la voix en guise de vibrato, cette première partie est radicalement différente du deuxième disque, "Teeth", où Rachael Yamagata apparaît sous la forme plus inattendue d’une rockeuse façon PJ Harvey. Vous savez quoi? Ça lui va aussi bien. Cette fille saurait-elle donc tout faire? (DS)

    1 double CD Warner Bros. 49837.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Rory Block, Blues Walkin’Like A Man

    rory.jpgSur le livret, Rory Block (New York, 6novembre 1949) annonce la couleur en posant fièrement, le bottleneck sur le majeur. C’est l’instrument qui glisse sur les cordes de la guitare pour donner les vibrations "slide" caractéristiques, notamment, du blues. Après avoir payé son tribut à Robert Johnson dans "The Lady and Mr. Johnson" (2006), la blueseuse remonte un peu plus haut dans le temps en rendant hommage à Eddie James "Son" House (21mars 1902, Riverton, Mississippi - 19octobre 1988, Detroit, Michigan). Avec Charley Patton et Willie Brown, House est l’un des fondateurs de ce blues du Delta du Mississippi. Se mettant dans la peau de l’homme, Block s’imprègne totalement de l’esprit du bluesman disparu pour le faire renaître à sa manière, sans le ni se trahir. Si vous ne croyez pas aux miracles (DS)

     

    1CD Stony Plain 1329, Munich.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Pink, Funhouse

    pink.jpgPink, qui a toujours été un peu cavalière, s’en donne maintenant à cœur joie sur son cheval de bois. On ne dirait pas comme ça, mais "Funhouse" a été conçu dans une période ou Alecia Moore divorçait de Carey Hart, son motocrossman de mari. Il y a certes quelques ballades poignantes, mais pas plus que d’habitude. De belles tranches de vie découpées à la lame affûtée de la voix de Pink, sacré organe. Cela donne des "I Don’t Believe You" "when you say you don’t need me anymore", par exemple. Mais l’essentiel de "Funhouse" est un hymne à la fiesta, comme si une sorte de liberté retrouvée (si elle en a jamais manqué) lui faisait mettre les bouchées doubles. "So What" est un simple redoutable pour lancer l’affaire, vite relayé par "Bad Influence". Il y a décidément un style pink en pop. (DS)

     

    1CD Laface 406492, Zomba/Sony BMG.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Un Johnny pour la route

    johnny.jpgEn pleine forme, le Jojo international !

    Le regard bleu perdu sur la ligne rouge du désert de Mojave, entre les tubes chromés, Johnny s’appuie sur le bidon d’une Harley Davidson: en photo comme en analyse littéraire, cela s’appelle un cliché. Depuis le début, c’est le problème de cet artiste, jonglant avec une imagerie américano-rock’n’roll qui le retombe parfois sur sa (belle) gueule. Est-ce aussi pour ça qu’on l’aime?

    Le nouvel album semble surfer sur les contradictions. Son titre, "Ça ne finira jamais", paraît heurter de plein fouet la chanson "Je m’arrête là", elle-même en porte-à-faux avec "Je tiendrai bon". En réalité, comme il l’a annoncé à la conférence de presse donnée à Saint-Etienne le 6 octobre dernier, notre Johnny international arrête sans arrêter: le disque et les galas, "Ça ne finira jamais", pas plus que l’amour du public, tandis que "Je m’arrête là" de tourner après les stades en 2009.

    Ce disque prépare à cela. Comme sa chanson titre, il est taillé pour la scène, pour la route. Son réalisateur artistique, le jeune Philippe Uminski, nous apprend qu’il a été enregistré "dans une petite pièce de cinquante mètres carrés, on ne pouvait pas faire un pas sans marcher sur des câbles. Nous avons travaillé comme un groupe de rock qui enregistre à l’ancienne, avec du matériel dont le plus récent datait de 1968". Les prises ont eu lieu à Los Angeles et à Londres, "et dans un cas comme dans l’autre, on a réussi à garder le même esprit de décontraction et d’énergie. On entend Johnny s’amuser vraiment en adoptant le style vocal de Raphaël ou de Cabrel". Deux des auteurs les plus marquants de l’album, même si, comme Didier Golemanas, Grand Corps Malade, Fred Blondin ou Christophe Maé, ils se mettent un peu trop dans le cuir de Johnny. Faire du Johnny n’est pas nécessairement rendre service à ce monstre d’interprétation, capable de donner un début de sens aux clichés les plus éculés. Puisse le dernier titre être un signe: "Je tiendrai bon" sous la forme d’un rhythm’n’blues d’enfer.

    Dominique Simonet

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Happy Mondays, Call The Cops

    usa.jpgLes Happy Mondays reflètent peut-être le côté trouble et influent du dance-rock issu de Manchester à la charnière des années quatre-vingt/nonante, mais on se demande comment des groupes aussi mauvais, pour ne pas dire clownesques, sur scène, tiennent le haut du pavé, ne fût-ce qu’un temps. Le chant de Shaun Ryder est plus qu’approximatif, tandis que, sur un tempo moyen complètement déprimant, la danse de Bez est comme une longue course du lièvre à travers les champs. Hors scène, Ryder affiche un air suffisant, et le mérite du film est de dégager ce trouble entourant le groupe lors d’une tournée américaine. Pour le reste, c’est la séquence avion, bus, route, panneaux de signalisation, loges, hôtel, le train-train du rock’n’roll. Le tout manque autant d’intérêt qu’un compte-titre majoritairement garni d’actions Fortis. (DS)

    1 DVD Eagle ERDV720, PiaS.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!