Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Down The Tracks, The Music That Influenced Led Zeppelin

    337fa73fd64591ecbcfd38305de20bb2.jpgUn film vidéo comme ça vaut tous les gros bouquins du monde, sur le blues, le folk et Led Zeppelin du moins. Encyclopédie plongée dans les racines (du mal, diront certains), là où, parmi d'autres Anglais des années soixante, Led Zeppelin puise son inspiration. Et ça va loin, pour sûr, ça remonte aux plantations de coton dans le sud des Etats-Unis à la fin du XIXe siècle, pour tout dire, avec le country blues acoustique de Charley Patton (1887-1934). Charley "le bon à rien", comme disaient son père et son patron aux "Dockery Farms", d'où il s'est fait virer. Normal, ce n'était pas la cueillette du coton dans des conditions innommables qui l'intéressait, mais la musique. Entre Patton et Robert Johnson, puis Muddy Waters, le passeur fut Son House, père du blues du Delta, maître incontesté de la guitare à résonateur. Son House qui témoigne : "Le vrai blues ne suscite pas l'envie de danser. [...] Le blues se contente d'être. Quand on se sent seul, qu'on s'inquiète et qu'on ne sait pas trop quoi faire." Son House qu'a vu, en concert, dans les années soixante, un certain Jimmy Page, guitariste fondateur de Led Zep. Il paraît que, venant poser sa candidature comme chanteur à Page, dans une péniche, sur la Tamise, Robert Plant est arrivé avec une pile de disques de blues sous le bras, et c'est comme ça que le courant est passé entre les deux hommes.

     

    Ce film documentaire ne fait pas l'impasse sur les titres "empruntés" par Led Zeppelin au répertoire du blues, comme "Hats Off To Roy" ("Led Zeppelin III"), pompé sur "Shake 'Em On Down" de Bukka White. Mais il n'y a pas que le blues à la source, il y a aussi le folk, anglais ou autre, de Bert Jansch par exemple, dont le "Blackwater Side" a inspiré le "Black Moutain Side" du Zep. Un auteur invité est indulgent. Pour lui, ce hard rock n'est pas de la pop, mais "un contact avec quelque chose de plus profond, viscéral et mystérieux, et les chansons controversées qu'ils ont empruntées sans forcément le dire sont très différentes des originaux." Après une analyse de l'influence de Scotty Moore, premier guitariste d'Elvis Presley, du style skiffle, de John Ronald Reuel Tolkien et de l'occultisme, on ressort de ces nonante-trois minutes avec l'envie furieuse de se jeter sur les six premiers albums du Zep, qu'on n'écoutera plus jamais avec la même oreille.

    (DS)

    1 DVD Eagle Vision 716, PiaS

    Lien permanent 0 commentaire Pin it!
  • Fugain, les Belges et la chanson à la Fête

    25bc918d82670f1ee44b42523422768c.jpgSi Fête de la Communauté française rime avec "théâtre gratuit", la musique non classique n'est pas en reste. Hollywood Porn Stars, The Tellers, Vincent Venet, Attica, Saint-André et une volée d'autres artistes sont à l'affiche de concerts programmés ce vendredi 26 septembre dans six clubs aux quatre coins de la Communauté. Rendez-vous à l'Entrepôt (à Arlon), à l'Auditorium Abel Dubois (à Mons), au Coliseum (à Charleroi), au Recyclart (à Bruxelles), à l'Atelier Rock (à Huy) et au Belvédère (à Namur).

    Samedi soir aux "Halles" Dans la même lignée grosso modo "pop-rock-electro belge", le lendemain soir, c'est aux Halles de Schaerbeek que cela se passe : la "Nuit de la Fête de la Communauté française" verra défiler Legoparty, The Von Durden Party Project, Soldout et D'J Compuphonic&Vincent Cayeux. Samedi soir également, mais côté chanson, Michel Fugain est programmé au WEX, à Marche-en-Famenne - l'un des épicentres de la Fête cette année. C'est aussi ce 27 septembre, lors d'une soirée-concert organisée sur la Grand-Place de Bruxelles - et retransmise en direct sur La une -, que sera révélée la liste des 10 chansons belges les plus populaires.

    Relevons, par ailleurs, la volée de concerts programmés samedi et dimanche à Woluwe-Saint-Lambert, dans le cadre des Fêtes romanes. Dont Alexandre Kinn, Ceux Qui Marchent Debout, Ministère des Affaires Populaires, mais aussi la Franco-suédoise Victoria Tibblin, et un volet spécial rap (info : www.wolubilis.be). Rallye chantons français Les fans de chanson française le savent, la Fête de la Communauté française coïncide également avec le "Rallye chantons français". Pas de moins de 70 concerts, prenant place dans 20 salles, cafés-théâtres et centres culturels bruxellois, sont au menu de cette huitième édition, ces 26, 27 et 28 septembre. Quelques noms ? Pointons - puisqu'on parle rallye... - la musique festive de Courir Les Rues (à L'Atelier 210 le 26/9); Philippe Lafontaine (le 28/9 au Marni), seul avec sa guitare - un magnifique duo ! -; Jean-Louis Daulne (27/9 à L'Armillaire), en "Zensession" quant à lui; Oxymore (28/9 à L'Os à Moëlle) qui vient de remporter la Biennale de la chanson française; Geneviève Laloy (28/9 à la Montagne Magique) qui présentera son nouvel (et très bel) album "Hirondelles". Et une foule d'autres artistes parfois moins connus, le "Rallye" faisant la part belle aux découvertes - tout en proposant un lien, sur son site, vers les adresses "myspace" de ces musiciens...

     Tous les concerts cités dans cet article sont gratuits.

    S.L.

     Programme, réservation et info : www.lafete2008.be, www.rallyechantonsfrancais.be

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Tori Amos, Live at Montreux 1991-1992

    fc8d1e01a23db20b2de371c10b851801.jpgFans de la charmante Tori, ceci est pour vous. Avant même la sortie de son - vrai - premier album, "Little Earthquakes", en 1992, elle était au festival de Montreux, où elle a donné, en 1991, son tout premier concert en solo avec piano. Tout y est déjà : la passion, la voix forte et sensuelle, voire provocatrice, et qui ressemble à celle de Kate Bush dans les aigus, le jeu tempétueux au piano, devant lequel, pour se tourner vers le public, elle est assise de biais, ce qui fait dire qu'elle est une grande biaiseuse. Torride Amos a tellement impressionné son monde cette année-là qu'elle a pu revenir l'année suivante, en 92, cette fois devant un grand piano Steinway, roulant des hanches avec une énergie sexuelle capiteuse. Fille de pasteur, sa reprise de "Whole Lotta Love" (Led Zeppelin) est une incarnation brûlante du désir. Chaud devant. (DS)

    1 DVD Eagle Vision 711, PiaS. Existe aussi en disque compact.

    Lien permanent 0 commentaire Pin it!
  • Emmylou Harris

    17b287cfb5bd87a5f6d14597e4279af0.jpgPrès de quarante ans qu'elle tourne, entre compositions propres et reprises, voguant d'un genre à l'autre (country, pop, folk...), et multipliant les prestigieuses collaborations - en 2006 encore, c'était avec Mark Knopfler. Ce jeudi, au Bozar de Bruxelles, accompagnée d'un quintet traditionnel, Emmylou Harris (née en 1947 en Alabama) présente son dernier album, "All I intented to be", le troisième paru sur le label Nonesuch. La chanteuse américaine y est très bien entourée, notamment du producteur de ses premiers albums, Brian Ahern, et (sur deux titres coécrits avec elles) des folkeuses canadiennes Kate et Anna McGarrigle. L'album contient des morceaux composés par Tracy Chapman, Merle Haggard, Billy Joe Shaver...

    Bruxelles, Bozar, le 25 septembre à 20h. De 30 à 60 €. Info : www.bozar.be ou 02.507.82.00.

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Vanessa septième ciel

    801a15756be1477fbc1e98b43f3cc0e9.jpgEt dire que le concert, ce n'était pas trop son truc. Entre "Joe le taxi", succès phénoménal paru le 27 avril 1987, et les premières scènes, il aura fallu attendre six ans. Depuis, tout occupée à faire des bébés, des disques et à tourner des films, Vanessa Paradis est une apparition magique et rare. Mais, en 2007, l'élan donné par l'album "Divinidylle" est irrépressible; partie prenante du disque, Matthieu Chédid embarque quelques potes à lui, et c'est parti pour une tournée d'exception. En voici le compte rendu en disque, chouette, et en images, superbes.

    Didier et Thierry Poiraud ont réalisé pour cela un vrai film, bien ficelé, bien rythmé, et heureusement d'ailleurs, parce qu'il dure 2h30... Ambiances, entretiens, chansons s'entremêlent pour faire vivre au spectateur cette tournée grandiose qui, comme à chaque fois, a commencé petit, dans des clubs façon Elysée-Montmartre à Paris, en octobre 2007.

    Même si l'énergie est décuplée, la continuité avec l'album est totale, scène et disque étant mixés de la même manière, "à la française, avec la voix mise en évidence à l'avant". C'est Vanessa qui explique. Dans le genre beau petit lot, celle-là... Minouche comme tout, avec ses cheveux en cascade ondulée et son rouge à lèvres incarnat, elle se pose en capitaine de bateau, avec Matthieu en retrait comme il se doit, galurin noir pour cacher l'identité de M : "Je suis dans ma période chapeau depuis quelques mois. Donc, on m'appelle Stevie Ray Popeck."

    La devise de la chanteuse sur la tournée : "Optimiser la qualité dans le plaisir."  De là, sans doute, l'apparente bonne humeur régnant partout. Une vraie complicité semble régner entre les musicos, entièrement dévoués à ce mètre soixante-cinq de chanteuse aguicheuse. La costumière le dit : "tout sur elle finira sensuel, rock et simple. C'est déjà pas donné à tout le monde." Les extraits de concerts se placent dans le fil du récit sans avoir l'air de pièces rapportées. Et là, bonjour l'ambiance. Ah, cette intro de Matthieu Chédid, à la "Shaft", pour "Be My Baby" ! Ce n'est pas le seul moment d'anthologie, loin s'en faut, dans ce film qui, au-delà du souvenir, en apprendra aussi à ceux qui y étaient. 

    Dominique Simonet 

     "Divinidylle Tour",  Vanessa Paradis   1 CD + DVD Barclay 310343, Universal.

    Lien permanent 0 commentaire Pin it!
  • Beck, Odelay

    8fa773557830bbc2592a913ff531e0b2.jpgEn ces temps postmodernes, l'on est vite classé classique. Certes, la classe de l'album "Odelay" est apparue dès sa publication, en juin 1996, comme quatrième opus d'un génial bricolo nommé Beck. Douze ans déjà. Avec le recul, l'album, où à peu près tous les genres musicaux nés au XXe siècle ont leur note à dire, est bien celui d'un enfant né dans un milieu artistique. Un grand-père partie prenante du mouvement Fluxus, une mère proche d'Andy Warhol et de sa Factory, pas étonnant que le jeune homme soit passé maître dans l'art du collage musical. La présente édition, en deux disques, en rajoute avec trois titres inédits, des remixes signés Aphex Twin, U.N.K.L.E., et une dizaine de titres parallèles sur le mode de faces B. Voilà le chef-d'oeuvre recadré dans son  effervescence créative. 

    (DS)

    1 double CD Geffen 50627, Universal.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Snoop Dog à Forest National

    74138dc326b0c37fb86344621f8ad628.jpgFigure désormais institutionnelle du rap US, Snoop Dogg a embrassé sa carrière musicale au début des années nonante sur fond d'affaires judiciaires criminelles. Assagi depuis lors, ce Dogfather du Gangsta Funk a vulgarisé la musique hip hop westcoast comme nul autre avec quelques albums d'anthologie (Doggystyle, Paid tha Cost to Be da Bo$$ et The Last Meal). Toujours à la page malgré une quinzaine d'années de service, le rappeur californien à l'inimitable flow paresseux et laconique se fend d'un nouvel album retournant aux sources, Ego Trippin.

    Bruxelles, Forest National (Club), le 20 septembre, dès 20h., 39 €. Infos : 0900/84.100 (0.45 €/min.) www.forestnational.be

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • Dy After Tomorrow - Joan Baez

    ecf7006b5023ef68903da7187c0aac70.jpgPour mener à bien un tel album, il fallait un rapport de confiance comme celui qui  lie  Joan Baez, pasionaria folk des années soixante, et Steve Earle, éternel trublion de Nashville. Déjà qu'en harmonie, leurs voix se complètent à merveille, c'est un signe. Earle a conçu pour Baez un environnement sonore dépouillé, seyant à un folk tel qu'il se pratiquait au milieu du XXe siècle.  Ce n'est pas à 67 ans que Joan Baez va renier ses opinions politiques, dont le pacifisme qui la consumait en pleine guerre du Vietnam. Il est d'autres Vietnam depuis, et "Scarlet Tide" ou "Day After Tomorrow" (de la famille Waits/Brennan) sont d'actualité. Et Joan Baez est de celles qui  n'ont pas besoin de forcer sur leur voix pour s'exprimer avec fermeté. Dans certains cas, times they're not a changing..., comme dirait l'autre.

    (DS)

    1 CD Proper 034, Rough Trade

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Moon Ride - Leon Ware

    214c58d7fed2682822fd7cfe4ae9457f.jpgAux grandes heures de la MoTown, il a beaucoup oeuvré pour les autres, Michael Jackson, Marvin Gaye, etc. Le voici sur l'étiquette concurrente Stax, tout juste renée de ses cendres, avec un des albums les plus délectables du moment. Son deuxième effort solo s'appelait "Musical Massage" (1972). C'est exactement ce dont il est question dans ce "Moon Ride", quintessence de la soul sensuelle sous influence jazz. La ballade règne en maîtresse, portée par une voix présente juste ce qu'il faut. La réalisation est à l'ancienne, mais c'est aussi ce qui fait son charme parce qu'ici, ce n'est pas du chiqué ni du rabâché. Originaire de la ville du Moteur, Detroit, Ware signe, à 68 ans, l'un de ses albums les plus aptes à accompagner un dîner aux chandelles et tout ce qui s'ensuit.  

    (DS)

    1 CD Stax 30228, Universal.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Last night: Gare aux concerts!

    bb28b70efd0adc500345eeb61014a312.jpgVoilà qui va briser le train-train quotidien de l'usager des transports en commun. Des musiciens investissent des stations de métro et de train de la capitale, et l'aéroport de Bruxelles-National.

    Cela démarre ce vendredi avec la "Last Night" du Klarafestival. Le principe ? Aller à la rencontre du public, d'un public large. Or où sont les gens le vendredi après-midi ? Dans le métro et les (aéro)gares, pour une bonne part. C'est donc là que vont s'installer des musiciens et donner des concerts. Si l'on imagine bien qu'un public s'y rendra spécialement pour les écouter, le défi est aussi d'arrêter un instant les navetteurs pressés, à tout le moins illuminer leur métro-boulot-dodo.

    Ils risquent, de fait, d'être surpris. Ce n'est pas tous les jours qu'un orchestre symphonique, le Brussels Philharmonic, s'installe à la gare du Midi et y interprète du Tchaïkovski. Que Bruxelles-Central vibre au son de la formation baroque B'Rock, avec Hannes Rux à la trompette. A la gare du Nord, c'est le Tom Gaebel Big Band qui assure l'ambiance. Pas tous les jours que l'on croise, dans une station de métro, le pianiste Yu-Fen Chang, l'Ensemble Musique Nouvelles, la harpiste Alice Petré, et l'on en passe(1). Les mêmes artistes, et d'autres encore dont l'ensemble vocal Markant, feront aussi planer les voyageurs décollant de Brussels Airport.

    Samedi, place à la seconde édition de Musikometro - avec lequel le Klara a collaboré sur son volet "souterrain". Comme en 2007, des musiciens, non classiques ceux-là, se produisent, sur le mode acoustique, dans une dizaine de stations bruxelloises. La première édition de ce festival, soutenu par la Région bruxelloise et la Stib, fut un succès. "Des artistes ont démarré devant vingt personnes qui les ont suivis de station en station, se souvient Dis Huyghe, coorganisateur , et ont fini entourés de 500 personnes. Les portables ont chauffé dans l'intervalle..." L'itinéraire de chaque artiste était alors tenu secret. Ce qui a aussi pu causer quelques frustrations. En 2008, leur programme sera donc dévoilé, le jour même, via un flyer.

    L'affiche, mêlant musiciens renommés et découvertes, est particulièrement "métissée", sur le plan musical et humain : N'Faly Kouyaté ("percussions africaines, instruments espagnols et voix diverses"), Kris Dane (blues-folk), Jasper Steverlinck (Arid), l'Orchestre national du Vetex (fanfare inspirée de la musique des Balkans), The Bikinians (nouveau groupe bruxellois), etc.

    S.L. 

    Détail important : les concerts sont gratuits - si ce n'est l'achat éventuel du ticket de métro.

     

    (1) Last Night : vendredi 12/9 de 14 h à 15 h 30 à Brussels Airport, de 16 h 30 à 18 h dans 12 stations de métro; 17 h à 18 h dans les 3 grandes gares.  www.klarafestival.be;

    Musikometro : samedi 13/9 de 14 h à 18 h dans 10 stations.  www.musikometro.be

    Lien permanent Catégories : Concerts 0 commentaire Pin it!
  • B.B. King, One Kind Favor

    ac0ef472827cdd157494a92c8ce5f7bf.jpgSomptueux. A 82 ans, le roi du blues de Chicago revient à une musique sans compromissions, sans invité de prestige ni association tapageuse, même si celle avec un Eric Clapton ("Riding with the King", 2000) s'est avérée fructueuse. De Clapton, il a d'ailleurs gardé quelques grandes pointures de studio, Jim Keltner à la batterie, Nathan East à la basse. La réalisation de T-Bone Burnett est là qui, sous cette pochette en noir et blanc, préserve un son très naturel. Et puis le néo-orléanais Dr. John est là qui veille au piano. Sur des titres du répertoire, qui, jusqu'ici, ne se trouvaient pourtant pas dans sa colossale discographie, Riley B. King laisse parler sa voix et chanter sa guitare avec bonheur. 

    D.S.

    1CD Geffen 81241, Universal.

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • The Boxmasters

    9928cb13f8e7869eb792ab0b4a2f6e5a.jpgAprès quatre albums à son nom depuis 2001, l'acteur réalisateur auteur batteur chanteur Billy Bob Thornton continue de se faire plaisir en se fondant dans un trio, les Boxmasters. Fini le cuir rock, place au costume rétro fin années cinquante pour celui qui se présente ici comme W.R. "Bud" Thornton, pour William Robert.  Les mauvaises langues diront que l'amateur éclairé (mouais) n'a rien trouvé de mieux que de s'allier à deux pros. Peut-être, mais si l'on s'en tient au résultat, que ce soit sur le premier disque d'originaux ou le second de reprises, ce country rock hillbilly tient bien sans sombrer dans la caricature. Un peu répétitif, l'album donne quand même deux étonnantes versions d'"I Wanna Hold Your Hands" (The Beatles) et de "The Kids Are Alright" (The Who). 

    D.S.

    1 double CD Edel 0191742, V2. 

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • De Gorillaz à Monkey

    843feb3c3c07e77c872a93a2a9d44d28.jpgPour Damon Albarn, tous les prétextes semblent bons afin de contourner Blur, le groupe pop anglais dont il fut figure de proue. Il y a pourtant une certaine continuité dans sa démarche, car les références orientales abondent dans son projet électro Gorillaz, notamment grâce aux visuels de Jamie Hewlett.

    Enfin, de là à se lancer dans ce que le musicien appelle lui-même un "opéra pop", basé sur une histoire chinoise de l'époque Ming, composé essentiellement à partir d'une gamme pentatonique (à cinq sons), il y a une marge colossale que ce culotté de Damon n'a pas hésité à franchir.

    Au départ de cette légende ancienne, a d'abord été conçu un opéra écrit par Chen Shi-Zheng et composé par Albarn, avec la collaboration de Jamie Hawlett pour les visuels. Créée au festival de Manchester l'an dernier, cette oeuvre a ensuite été donnée au Royal Opera House à Londres et au Châtelet à Paris, récoltant des avis teintés de perplexité, mais généralement positifs.

    La version disque produit le même effet. Voix (et texte en mandarin), grand orchestre et choeur chinois conservent leur importance. Mais, sous l'impulsion d'Albarn, l'orchestration a quelque peu évolué vers une tendance electro plus poussée, mettant en oeuvre des instruments de synthèse anciens, analogiques, ondes Martenot, etc. L'ensemble évite le piège d'une nouvelle manière de "world music", et les images manquent cruellement pour se faire une idée du propos tournant autour de cet antipathique roi Singe.

    Requérant une écoute attentive ou, à tout le moins, sans préjugé, l'oeuvre sous forme phonographique devient de plus en plus passionnante au fil des écoutes, malgré quelques longueurs dispensables sur ces 22 titres et l'absence de chanson ou de thème aux contours nets. On retrouve même, de-ci de-là, la griffe d'Albarn le compositeur pop, qu'on ne peut s'empêcher de regretter un peu. Il est aussi souhaitable qu'une version vidéo fasse un jour son apparition, qui ne soit pas la simple captation du spectacle: d'une paire comme Albarn-Lowett, on peut au moins attendre ça, non? Enfin, de la "brit pop" à une oeuvre d'une telle ampleur, le Monsieur Damon ne lasse pas d'étonner. Chapeau.

     "Monkey: Journey to the West" version disque

    D.S. 

     

    Lien permanent Catégories : Sorties - Albums 0 commentaire Pin it!
  • Une sirène nommée Colbie Caillat

    bbfdf739d8d1838a8543f6a199085fb8.jpgAllez, encore une fille à guitare, une ! Mignonne, blonde, américaine en plus, enfin, californienne, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Reconnaissons à la donzelle une voix de sirène à démâter un navire, une forme d'optimisme revigorant mais pas bébête et des chansons à l'avenant, soit séduisantes. Le tout est réuni sur un premier album répondant au doux nom de "Coco". Si ça démarre bien pour elle en Europe, c'est dans son pays que ça cartonne, avec des ventes d'albums tournant autour du demi-million, le tout propulsé par le simple "Bubbly". Ce sera peut-être la seule occasion d'admirer son art dans une salle à dimensions humaines.

    D.S.

    Le mercredi 17 septembre à l'Ancienne Belgique, Bruxelles. De 23 à 26 €.

    www.abconcerts.be

    Lien permanent Catégories : Concerts 1 commentaire Pin it!